Archives février 2018

Réalise tes films sur ton smartphone – (Gallimard) Concours !

A quelques jours du lancement de la chaîne Youtube de mon Pépito de fils (12 ans et qui perd pas son temps..) j’essaie de m’aligner !

Je vous propose de gagner le coffret RéALISE TES FILMS SUR TON SMARTPHONE, édité par Gallimard Jeunesse. 

Il s’agit d’un kit complet pour les enfants à partir de 8 ans désireux de réaliser des films sur tous types de smartphone et bien sûr de les projeter !

 

 

Le coffret, (19 x 26 x 8.5 cm) comprend :

🎞 Un livre expliquant en détails toutes les phases d’un film, de l’idée à la projection, en passant par la réalisation et la post-production:

. comment trouver une idée
. écrire un story board puis un scénario
. les différents lumières, les différents plans (instructifs : le plan, le gros plan, la contre-plongée, etc), le son, les animations, les effets spéciaux, le montage, le générique
. monter son projecteur, fourni. Il s’agit d’une lentille de grossissement de grande qualité, à placer devant le smartphone, dans l’emplacement prévu à cet effet dans le coffret
. et d’autres éléments utiles à nos futurs Spielberg.

 

Le ton est pédagogue, les explications plus que compréhensibles immédiatement.

 

📹 Un livret story-board est aussi proposé, avec des exemples et des pages vierges pour écrire directement dessus.

🍿 La boîte de pop-corns (sans les pop-corn.. tout de même)

🎬 Les tickets d’entrée en salle. Quand je vous dis que c’est complet !

Le coffret conçu par Bryan Michael Stoller est conseillé au prix public de 24,95€

En vente sur le site de Gallimard 

 

🎦 CONCOURS – Tirage au sort 🎦

Clôture samedi 24 février – 18h

Pour tenter de remporter ce coffret, il vous suffit

📌d’envoyer un mail à sophie@top-topic.com = 1 chance de gagner (« jeu Galllimard » dans l’objet du mail)

et/ou

📌Etre abonné à la page Facebook de Top-Topic = 2 chances de gagner toptopicleblog

 

et/ou

📌Etre abonné au compte Instagram de Top-Topic = 3 chances de gagner
@toptopicleblogparis

B O N N E  C H A N C E

Merci aux Editions Gallimard de leur aimable collaboration.

 

Stony Bay Beach, roman jeunesse, belle découverte !

Je viens de finir les 535 pages de Stony Bay Beach – Sam et Jase et dès le début j’ai eu hâte de vous en parler.

Premier roman maîtrisé

Stony Bay Beach est un roman catégorisé « young adults » aux USA, et proposé à partir de 14 ans en France. Alors je tranche : jeunes filles (oui, plutôt) à partir de 15 ans.
« A partir de » surtout ! J’ai largement dépassé l’adolescence et me suis pourtant plongée dans l’histoire tout de suite, à ma grande surprise. Pourquoi ?

📖 Détail idiot, mais la typographie est agréable !

📖 Samantha, l’héroïne, est tout de suite sympathique et attachante. Le livre est à la première personne, c’est Sam qui parle, sans être jamais gnan-gnan, vulgaire ou usant d’un parler ado pénible. Et pourtant ses phrases et réflexions sont réalistes, elles collent à la vie de jeune fille de 17 ans qu’elle est.

📖 Les caractères des ados (et des plus jeunes => désopilants George et Patsy) abordent différents problèmes « de ces âges ». OK, certains sont vus et revus depuis que la littérature contemporaine existent, mais il y a toujours une touche d’humour et de second degré qui fait qu’on ne se dit pas « pfff, et rebelote un problème d’addiction » « oh non encore une fille – (Nan, la meilleure amie de Samantha) – sous pression ».

📖 Les personnages qui participent à l’histoire apparaissent au fur et à mesure avec les détails suffisant pour donner corps et nous permettre d’entrer dans leur vie. D’ailleurs c’est un livre qu’on imagine (souhaite) voir transposé en images par la suite.

📖 La traduction est impeccable (traduction Julie Lopez)

 

Alors, justement, c’est quoi l’histoire ?

Sam, 17 ans, et sa grande sœur Tracy ont pour maman la sénatrice Grace Reed, qui les a élevées seule.  Elles vivent sur la côte Est des Etats-Unis. Grace régente sa vie familiale et politique comme elle ordonne sa maison et ses chignons : nickel et sans place à l’improvisation, suivant SES principes.
De l’autre côté de leur palissade vivent les Garrett, un peu bohèmes, qui laissent s’exprimer la créativité et la fantaisie de leurs 8 enfants. Au grand dam de Gloria, ulcérée par le mode de vie de ces voisins, qui pourtant restent discrets et sympathiques.

De son toit, Sam ne se lasse de les regarder vivre sans les approcher. Jusqu’au jour où Jase Garrett, son contemporain… la rejoint par surprise.

De là naît une jolie idylle… qu’il faut cacher à la mère de Sam, qui ne convient pas (jalousie) à ses amis, et qui doit s’adapter aux horaires des jobs étudiants et des obligations de Jase.
Sam et Jase s’en arrangent jusqu’au moment où….. !

Et là on se met à détester encore plus Clay, le conseiller de Grace ; à découvrir que Tim n’est pas le monstre égocentrique que l’on croit ; qu’Alice confirme son sacré caractère. Et surtout, que si la loyauté est un sacré dilemme,  la culpabilité elle ne laisse aucune place à la lucidité.  Alors qu’en une soirée, différents équilibres vont s’effondrer après un événement tragique.

Stony Bay Beach c’est aussi l’histoire de « la première fois » de Samantha et Jase. L’auteure aborde le sujet avec délicatesse, comme si elle souhaitait respecter l’intimité de ses personnages. Et on l’en sait gré. Pas de voyeurisme mais toutes les questions que peuvent se poser deux amoureux au seuil de leur vie sexuelle. 

 

STONY BAY BEACH, Sam et Jase une belle découverte, publiée chez Nathan.

17,95 € – Sortie janvier 2018. 

 

         

                                      

           

L’auteure :

Huntley Fitzpatrick signe ici son premier roman. Venant du monde de l’édition, elle vit sur la côte Est des USA, où elle élève ses 6 enfants.

Et je l’aime car elle nous annonce la suite pour l’été    2018 ! Ce sera « Stony Bay Beach – Tim et Alice », (sacrés seconds rôles dans Sam et Jase) 

 

 

 

A lire aussi, à propos de loyauté et culpabilité : la chronique de Nathalie Riché sur les Loyautés de Delphine de Vigan (sortie janvier 2018)

La montagne, de Marsol et Chica

La Montagne

Cette quinzaine, Nathalie a craqué sur « La Montagne ! » – A partir de 5 ans – Primé à Bologne.

La Montagne est le genre d’album que j’ai envie d’offrir à tout le monde. Parce qu’il raconte bien plus qu’une histoire. Manuel Marsol et Carmen Chica nous invitent ici à une véritable communion avec la nature. Un album magistral, couronné du Prix International de l’illustration 2017, à la Foire du livre de jeunesse de Bologne. 

La Montagne

 

« Chaque jour, le livreur traverse la montagne.
Mais aujourd’hui, il doit faire une petite pause.
 »

Prêts à entrer dans un univers parallèle ? Non, il ne s’agit ici ni de science-fiction, ni de fantasy, encore moins d’anticipation… Seulement de sensations. Mais quelles sensations ! Manuel Marsol et Carmen Chica nous happent et nous plongent, avec des yeux neufs, tout sens bien aiguisés, en pleine immersion dans la montagne.

Ce petit livreur doit traverser chaque jour la montagne pour son travail, mais cette fois-ci, une envie pressante le fait s’arrêter au bord de la route. Il s’enfonce un peu dans la forêt. Et puis, au moment de faire demi-tour, impossible de retrouver le sentier qui le ramène à son camion. Le voilà perdu, déboussolé. Doit-il prendre à gauche ? A droite ? Monter plus haut ou bien redescendre ? Aucun indice, si ce n’est une étrange créature – une sorte de marmotte – au pelage sombre et aux yeux rouge vif comme des feux, qui attire son attention. A moins que ce ne soit un petit génie de la montagne qui le guide…

Et voici que notre chauffeur s’enfonce dans la forêt profonde. Qu’y a-t-il au-delà des grands pins ? Là, se cache toute une vie pleine de surprises : d’élégants cerfs gambadent non loin, discrets derrière les arbres ; les aigles et les papillons tournicotent au-dessus de sa tête et jouent avec le vent. Ils sont chez eux.

LM-DP16

Dès lors, notre petit bonhomme abandonne toute velléité de retrouver la civilisation et, porté par ces nouvelles sensations intenses, le voilà en harmonie totale avec les lieux, le voilà qui se fond dans la nature. Au point d’être lui-même transformé. Encore un peu, il redeviendrait animal, se laissant imbibé par l’air frais, pénétré par la douceur de l’herbe verte sous ses pas. L’aventure est à portée de main, le voilà prêt à chevaucher une licorne !

La suite de la chronique de Nathalie !