Catégorie Testé !

Pourquoi j’aime les téléfilms de Noël !

Mon coming-out 

 

Dans la même lignée que mes petits plaisirs de l’hiver, voici une autre occupation de décembre que j’adore. Mais là, breaking news et coming out… je révèle mon penchant pour les « téléfilms de Noël ». Kesaco ? Ce sont des films américains, tournés pour la télévision, dont l’histoire se déroule à la période de Noël.

Dégoulinants de bons sentiments et de fausse neige, de décorations rouges et vertes, avec en général pour environnement des maisons à bardage de bois pastels (pour le héros) et les buildings d’une grande ville (pour l’héroïne), ces téléfilms se divisent en 2 tendances :    . Les romances, ou l’amour au départ impossible d’une fille shootée au pots d’échappement et d’un agriculteur, d’un introverti et de sa voisine fofolle, d’un intello et d’une reine du shopping, de 2 jeunes tourtereaux version Roméo et Juliette…
. Les miracles de Noël, où la maman-célibataire-criblée-de-dettes-au-bord-du-gouffre-mais-pleine-de-courage finit par retrouver amour, travail, et confiance en elle, recomposant une famille happy-happy.  

du rouge et du vert

du vert et du rouge

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est cul-cul, la trame est toujours la même, avec l’incontournable rupture au bout d’une heure et le rabibochage juste à la fin. Mais qu’est-ce que ça fait du bien !
Pourquoi ?
🤶 Peut-être parce que les héros ont toujours un fond très gentil ? 
🎅 Qu’il y a toujours une bonne fée (la tante, la patronne, la copine…) dans les parages, quand ce n’est pas le Père Noël himself, sous les traits d’un pompiste ou d’un coursier ?
🤶 Que le soleil brille en sur-saturation sur la neige synthétique qui rivalise de blancheur avec les sourires des acteurs ?
🎅 Que dindes, sirop d’érable et cupcakes apparaissent sur les tables ? Miam.
🤶 Que même si le héros ou l’héroïne est blindé(e), il reste super sympa et simple et au final met ses gros sous-sous au service de la communauté de l’élu(e) de son coeur…?
🎅 Que les sapins sont 3 fois plus gros et 10 fois plus décorés que les miens ?

🤶 Ou, et surtout, qu’il ne faut pas avoir inventer le fil à couper le beurre pour suivre même en somnolant, ce qui finalement m’arrive souvent !

 

Le rituel pour « profiter » au mieux

Pendant les vacances, ça va, je peux me caler sur le direct. TF1, HD1 et parfois M6 sont mes nouvelles amies.
Mais  elles diffusent ce style de téléfilms de plus en plus tôt dans le calendrier, dès novembre cette année !
Alors, ma Pépette et moi passons en mode replay, et en avant pour un doux moment qui demande :
🎄 une couverture polaire sous laquelle nous nous blottissons
🎄 les pieds bien au chaud, sinon je ne suis pas concentrée 
🎄 des bonbons qui piquent pour elle, des chocolats pour moi
🎄 la certitude de ne pas être dérangées pendant 1h20
🎄 plein d’oreillers ou de coussins

Jusqu’à peu, notre adorable chatte avait son rôle dans ce rituel. Bercée de chaleur et de caresses, elle profitait de ces moments de calme pour s’endormir entre ma fille et moi. Mais elle s’est endormie pour toujours dernièrement, notre rituel aura peut-être une petite touche de tristesse cette année.

… et la bouffe adéquate !

Le Bonus 🎃

Le bonus, c’est que je me suis aperçue cette année qu’il y avait aussi des » téléfilms de citrouilles » comme nous les appelons à la maison. Vous devinez ? Même principe que ceux de Noël, mais tournant autour de la période d’Halloween (sans le folklore monstres et zombies !)  Là, débauche de feuilles d’automne et concours de citrouilles,  et il faut le reconnaître, de beaux décors roux d’étés indiens. 

Mais non, t’es pas toute seule !

Quelle ne fut pas ma joie et ma surprise de lire la semaine dernière dans le gratuit 20 mn tout un article sur le phénomène des téléfilms de Noël ! Car il s’avère que je suis loin d’être seule à aimer ! Ce qui explique pourquoi le nombre de ces films augmente chaque année et que le genre s’est propagé à la saison festive précédente (Fêtes des citrouilles).

 

20 Minutes – 27 novembre 2017

Alors à quand les téléfilms de la Saint-Valentin ? Quoiqu’en posant la question, je me dis que ce thème existe certainement !

Les petits bonheurs d’hiver de Top-Topic

 Déprime hivernale en vue ?!

 

Le fameux dernier week-end d’octobre est passé… vous savez celui du changement d’heure, pendant lequel on retarde d’une heure nos cadrans (car en octobRE on REtarde et en aVRil on aVance).
Pour moi, sujette à la déprime saisonnière, c’est tous les ans la même angoisse : la nuit va tomber plus tôt, le noir va s’installer, et hop, en route pour un long tunnel avant d’atteindre péniblement mars et ses prémices de beaux jours. Oui j’en suis à ce point de perspective(s). Maussades les perspectives…

Et comme Noël n’est pas ma fête préférée, c’est encore pire, surtout depuis que les marketeurs commencent à nous en parler dès la mi-octobre, ce qui est le cas cette année. Une horreur. Ma fille a compté à mi-octobre : 18 pubs d’affilée sur Gulli, 17 concernant Noël. Sans compter les étals des magasins qui commençaient déjà à proposer décorations et cadeaux alors que nous étions presque en t-shirt, à la faveur de l’été indien.  😫

 

Me créer des petits bonheurs

Alors il faut trouver quelques petits bonheurs annoncés ou plaisirs liés à chaque hiver pour se raccrocher à « du qui fait du bien », sans forcément avoir à dépenser argent et énergie..

1 – Mon double effet Kiss Cool des soldes de juin 

Mon grand truc c’est de m’acheter un manteau pendant les soldes de juin* – car oui on y trouve encore des pièces d’hiver,  et même des chouettes – et de relativiser les premiers froids en portant enfin ma bonne affaire chaude et réconfortante, après des semaines d’attente.
* parce que si je l’achète pendant les soldes d’hiver, bah je le porte tout de suite, et n’ai plus de petit goût de la nouveauté à l’hiver d’après. CQFD

 

2 – Je retrouve mes fruits d’hiver 

De beaux kakis, dont l’arbre s’appelle le plaqueminier (et non l’arbre à kakis !)

Ensuite il y a l’arrivée sur les étals des kakis et clémentines, parmi mes fruits préférés. Des fruits bourrés de vitamines C pour se donner du tonus (et, hum… comment dire ? Grâce aux kakis, avoir un bon transit).

 

D’ailleurs, pour celles et ceux qui souhaitent arrêter de fumer, foncez sur la clémentine, c’est le moment !
Pas onéreuse, occupant les mains pendant l’épluchage (et calmer le syndrome du fumeur), diffusant une odeur bien agréable, ne faisant pas grossir, bourrée de vitamines, c’est le fruit qui m’a fait passer de 2 paquets de cigarettes à 0 il y a plus de 15 ans, sans rechute.

(NB : Le kaki, en fonction de la variété, se mange soit façon pomme, soit façon kiwi = bien mûr, en le découpant sur le haut et en le dégustant avec une petite cuillère)

Autre fruit fétiche : la noix. J’ai la chance d’avoir 2 beaux et gentils noyers qui me gâtent chaque automne.
1er plaisir : le ramassage. C’est là où je comprends le « kif » des chasseurs de truffes. Moins glamour est la noix que la truffe, mais quand j’arrive sur les derniers jours et que j’en trouve encore 4 ou 5 planquées dans leurs brous, sous des feuilles mortes, hourra !

2ème plaisir : la confection d’un gâteau aussi simple que bon. 
En voici la recette, ne le dites pas à ma belle-famille : Mixer 250 gr de cerneaux de noix avec 200 gr de sucre semoule. Mélanger avec 3 oeufs entier. Cuire 35 à 40 mn à 150 degrés. Déguster et m’en donner des nouvelles ! Simple non ? Le cœur est moelleux, la croûte est fine et craquante. Vous pouvez prévoir de la crème anglaise à servir avec. 

 

3 – Je ne lutte pas à l’appel des canapés, douceurs et soirées télé. C’est la saison qui veut ça. 

Corinne Masiero, alias Capitaine Marleau – Le mardi sur F3

Je retrouve mes « petits personnages » de          feuilletons récurrents. Certes et snif,  cette année adieu les familles Bouley et Lepic de « Fais pas ci – Fais pas ça », mais reviennent les Capitaine Marleau (géniale Corinne Masiero) et autres Candice Renoir.

Ah oui je sais, je reste franco-française dans mes goûts « séries ».
Et je déguste avec des carrés du gâteau aux noix…

 

 

4 – Je suis attentivement la folie des prix littéraires

L’automne c’est aussi la courte période des Prix Littéraires (Goncourt, Fémina, Renaudot, Médicis, Interallié…) avec les joies et déconvenues des primés et nommés… et de la lectrice que je suis.  15 jours de suspens et d’émotions, puis des semaines de découvertes.

 

5 – Je plonge dans une saga

Cette année, et merci à mon amie Axelle, je suis presque ravie d’avoir 2 heures de transports en commun par jour.
Axelle m’a présenté Emma, Maisie, Harry, Giles, Sebastian, Virginia… qui montent avec moi dans la rame.  Mes nouveaux compagnons de voyages sont les personnages de la « Saga des Clifton », de Jeffrey Archer, écrivain britannique bien inspiré pour nous faire traverser le 20ème siècle au gré des aventures de ses héros hauts en couleurs. 6 tomes addictifs, qui ouvrent avec « Seul l’avenir le dira ». Le 7ème est en cours de traduction, je suis aux taquets…
Les couvertures sont un peu ringardes, mais la lecture démarrée, on se laisse embarquer sur des centaines de pages, qui font oublier le bruit du métro, le gris dehors et les actualités pas toujours folichonnes.
Du même auteur, « Kane et Abel » et « Seul contre tous »,  sont aussi des livres page turner qu’on ne lâche plus ! 

On trouve les différents ouvrages de Jeffrey Archer sur Amazon, ou d’occasion sur Price Minister.

 

6 – Je retrouve mes papys chanteurs

Cette année, les vieux de la vieille comme moi ont bizarrement droit à une année revival au niveau musical, avec les nouveaux albums de Laurent Voulzy, MC Solaar, et Etienne Daho (+ concert à la Philarmonie de Paris pour ce dernier).

Il y a aussi un album de Sardou, moins ma tasse de thé mais comme il passe dans ma bonne ville de Boulogne dans la nouvelle « Seine Musicale » je cite !

Ce qui aurait pu me faire du bien aussi, si je n’avais pas raté le coche* : la fin de la tournée de Julien Doré… plus jeune… et tellement…tellement. (*restent que des places mal situées) (Julien, si tu me lis..)

 

7 – J’allume la radio 

… »Le Masque et la Plume » – France Inter – tous les dimanches soir 20h/21h. Merci Jérôme Garcin et critiques qui l’entourent de m’accompagner dans les dernières heures du week-end si je vous suis en direct, ou dans les premières de la semaine si je vous écoute en podcast dans le métro dès le lundi matin. Pendant une heure, les films, pièces et livres en vue sont décortiqués et chroniqués, parfois avec mauvaise foi partisane, toujours avec avis discutés et animés. Je crois que j’écoute l’émission depuis mes 17 ans !, soit depuis plus de xxxante ans. Et cette année, on salue le retour de Frédéric Beigbeder pour les livres, assagi et pertinent.

Sur France Inter aussi : Ali Rebeihi. Du lundi au vendredi, de 10h à 11h, il aborde dans « Grand bien vous fasse », avec chroniqueurs et invités, tous les sujets liés… au « Bien » (et bon) pour nous. De toute façon, rien que le timbre de sa voix fait du bien.

Ali Rebeihi – France Inter – 10h/11h

Jérôme Garcin – Le Masque et la Plume – France Inter Dimanche 20h/21h

 

 

 

 

 

 

 

 

8 – Je fais pousser des plantes, ou… plus drôle…

Comme les enfants qui n’ont pas besoin
d’être sortis du lit au Caterpillar le matin de Noël, pressés de découvrir leurs cadeaux, je saute du lit chaque matin pour suivre l’évolution de plantes semées ou bouturées en septembre, choisies pour une croissance rapide, voire incroyable, comme certains kalanchoes ou la prêle du Japon, dont on vient de m’offrir un pot et qui m’amuse beaucoup par sa facilité à se reproduire à vitesse grand V, sans entretien contraignant.

 

 

 

 

 

 

Dans un autre registre, les oeufs du Triops – initialement
offerts à mes enfants – m’ont tenue tout un hiver ! En vulgarisant beaucoup : ce sont des œufs de crustacés fossiles vivants, à remettre en condition d’éclosion dans un petit bassin et de l’eau pas trop froide, et que l’on voit grandir de millimètre en millimètre pendant plusieurs semaines. Passionnant.
On trouve des kits tout prêts sur Amazon, c’est le Clementoni que nous avions testé.

 

 

 

 

9 – Et surtout…. je relativise !

Car j’ai un toit, des vêtements et de la nourriture tous les jours, et que se plaindre du froid et du gris, c’est un énorme luxe.

Ludo et Sophie, club d’activités pour les 7-14 ans

 Testé et adopté : le club pour

enfants Ludo&Sophie !

(❤️ !! code promo spécial lecteurs de Top-Topic en fin d’article !!)

 

Une fois de plus ce sont des mamans confrontées aux difficultés logistiques quand il s’agit d’occuper intelligemment ses enfants le week-end qui ont eu l’idée de créer un concept génial : Un club de sorties ludo-culturelles TOUT COMPRIS !

Le concept me paraissait très séduisant : Le Club s’occupe en effet d’absolument tout : trajets aller-retour, réservation des activités, temps récréatifs et petit goûter.
Les thématiques sont :

. C’est beau c’est de l’Art (ex : Excursion en territoire Hindou)
. Dis comment ça marche ? (ex : Comment ça marche la météo ?)
. Raconte moi l’Histoire (ex : Visite au sein du Musée de la Police)
. Derrière le rideau (ex : Les coulisses du Stade de France)
. Quand je serai grand je serai… (ex : chroniqueur radio)

. C’est moi qui l’ai fait (ex :  Sur les traces de Space Invaders)

 

A droite, la médiatrice, Annalisa qui, déchargée de contraintes éventuelles d’accompagnement gérées par l’animatrice, a pu se consacrer totalement à ses explications.

Intriguée, j’ai voulu en savoir plus et j’ai testé l’une de leurs sorties (“mini-lunes MAXI POUVOIRS”) début septembre.  Un titre original pour une sortie qui a tenue toutes ses promesses. 

La sortie : Petit livret d’activité en main, mes loulous ont suivi avec plaisir et attention durant un peu plus d’une heure, la médiatrice scientifique Annalisa Plaitano* (réservée rien que pour nous), à travers l’exposition “La révolution des satellites” de la Cité des Sciences : Construction d’un satellite miniature, petits jeux et anecdotes en alternance avec les explications de la guide, les enfants n’ont pas vu passer le temps et ont appris plein de choses ! La visite était ponctuée par une projection d’un film d’une demi-heure dans le planétarium de la Cité. Puis l’animatrice du club (vraiment top) a pris en charge mes loulous pendant presque une heure pour le petit goûter et un temps récréatif vraiment animé avec des petits jeux très adaptés à leurs tempéraments (une vraie animatrice quoi ! :))

Très attentifs devant une vidéo, explicitée ensuite par la conférencière                A gauche l’animatrice, à droite la médiatrice (« conférencière »)

Au final : presque 3 heures d’activités intelligentes et ludiques pour mes enfants (j’avais choisi le RV sur place dans les options du site) et moi spectatrice heureuse n’ayant rien à faire que d’écouter et regarder mes enfants heureux d’apprendre et de s’amuser !

Séduite, j’ai déjà prévu d’inscrire mes enfants à 3 autres sorties ! Car soyons honnêtes : on a pas tous(toutes) le temps, l’énergie, les compétences, ou tout simplement l’envie d’organiser une sortie privée pour ses enfants le week-end.  Avec ce club on arrête de culpabiliser, et on prend du temps pour soi pendant que nos enfants apprennent et s’amusent en toute sécurité (le club ne lésine pas sur les moyens pour assurer une parfaite sécurité de nos enfants).  

Bref, cultiver ses enfants dans ces conditions c’est effectivement un jeu d’enfant(s) !

Tarifs : A partir de 50 euros la demi-journée (35 euros hors trajets) –> Ça les vaut vraiment.

Tarifs dégressifs dès 2 enfants inscrits.

Et en plus j’ai négocié pour vous auprès de la fondatrice un petit plus  : Si vous indiquez TOP-TOPIC dans les cases « parrain » et  « code promo” (celui-ci apparaît  au moment de régler), c’est 20% de réduction pour votre première commande.

Je vous laisse découvrir le site : www.ludoetsophie.com

Et la super sortie à laquelle nous sommes allés (reprogrammée pour le 30 septembre après-midi) : https://www.ludoetsophie.com/mini-lunes-maxi-pouvoirs

N’hésitez pas à poser des questions à Amélie, l’une des co-fondatrices (très sympa) : amelie@ludoetsophie.com

*Le site d’Annalisa, la médiatrice qui nous a accompagnée, passionnée et passionnante, sur lequel petits et grands trouveront toujours de quoi enrichir et approfondir leurs connaissances : www.ludmilla.science/fr/
(Annalisa est aussi co-auteur de l’ouvrage « La Science à Contre-Pied »)

 

Détente après le goûter, et avant de rentrer chez soi…

Test d’appareils connectés pour le sommeil

boite-calmosine-sommeil

Calmosine Sommeil des Laboratoires Laudavie

(Retrouvez le test filmé en fin d’article)

 

Lorsque j’ai été contactée par France 2 pour tester des produits connectés, ou pas, visant à aider une bonne qualité de sommeil, j’étais sûre d’être témoin à charge, pensant que le simple fait d’être tributaire d’une connectique ne pouvait qu’être néfaste à un bonne nuit.
En général, je règle mes petits problèmes d’endormissement par la phytothérapie. Le dernier produit en date étant Calmosine Sommeil dont je vous ai déjà parlé.
Proposé pour les troubles du sommeil chez l’enfant, il fonctionne tellement bien sur ma fille de 10 ans dans les périodes de rentrée, petits stress et changements d’heure, que je l’ai adopté pour moi.
En cas de périodes plus difficiles, je passe au Donormyl, efficace mais addictif.

Quelle que soit ma solution, mon sommeil reste haché à partir de 3 h du matin* et je pallie les réveils difficiles à grands coups de café. En effet, j’ai très souvent l’impression que mon réveil sonne « au mauvais moment », me tirant d’un sommeil profond et non entre deux trains du sommeil. Mais le café excite puis épuise. Cercle vicieux.
(* voir mon petit mémo sur la mélatonine et fin d’article)

Aperçu du tournage du test !

 

 

train-du-sommeil

J’ai donc profité du début des vacances de Pâques, mari et enfants partis à la campagne, pour me lancer dans le test pour l’émission « C’est au Programme », à mon rythme.

Withings Aura, pour se réveiller au bon moment

withings-aura-top-topic

Withings Aura : la sangle « capteur », la « cheminée » de chevet, et votre smartphone

Lorsque j’ai déballé cet appareil, j’ai…. eu peur et j’ai pesté. Pfff un truc de plus à caser sur ma table de nuit, avec une sangle qui servait à quoi ? Et une notice bien maigre… grrr.
Alors je vous dit une chose qui s’avère vrai pour tout appareil connecté : avant de vous décourager et de tourner autour de la bête comme une poule autour d’un peigne, té-lé-char-gez l’application qui va avec, c’est elle qui vous sauvera.

Ah mes amies applis, vous êtes géniales. Pour différents produits présentés dans ce billet, vous avez été parfaites : gratuites bien sûr, en français, claires, et conviviales.

Pour Withings Aura, une fois l’appli chargée sur mon smartphone, l’appairage par bluetooth fait avec l’appareil de chevet (celui qui ressemble à une cheminée), la sangle « capteur de sommeil » glissée sous mon matelas au niveau des épaules (tout ça en 10 mn), j’ai programmé mon heure de réveil souhaitée avec la latitude de minutes avant et après auxquelles j’acceptais d’être réveillée si Aura définissait un moment plus adéquat.
Par exemple, pour un réveil à 7h, j’ai dit à Aura qu’il pouvait me réveiller jusqu’à 20 mn avant et 15 mn après s’il le jugeait plus judicieux.

withings-aura-top-topic

(Non, ce n’est pas moi !) Séance zen avec Withings Aura, avant de s’endormir

J’ai programmé aussi des chants d’oiseaux pour accompagner mon réveil, puis j’ai lancé l’endormissement. Celui-ci se fait avec une lumière rosée favorable à la mélatonine, hormone du sommeil, et un bruit de vagues. Lumière et sons se sont arrêtés doucement d’eux-même au bout de 20 mn. C’est l’appareil de chevet qui les diffuse.
Bon ce n’est pas ça qui m’a endormie mais ça a eu le mérite de me relaxer.

Pour les 3 nuits où j’ai eu à tester Withings Aura il ne m’a jamais réveillée à l’heure demandée,  2 fois plus tôt, et une fois plus tard de 5 minutes. Et je dois dire qu’il est fortiche car même le réveil à 6h40 s’est passé dans la douceur, avec le sentiment d’être « cueillie » au bon moment. Et surtout, les matinées ont été beaucoup plus agréables que sans lui : pas de coup de barre vers 11 heures.

Le réveil se fait avec une lumière bleutée, favorable à l’inhibition de la mélatonine et favorisant la vigilance, + le son choisi la veille.
C’est la sangle et ses capteurs de rythme cardiaque, respiration et mouvements qui envoie des signaux à la « cheminée » et lui indique quand réveiller le dormeur « au mieux », c’est-à-dire en phase de sommeil léger.

Ensuitsommeil-aura-top-topice, je me suis amusée à consulter les données sur mon sommeil collectées par le capteur (la sangle) et transmises à mon téléphone. En jaune l’état éveillé, en bleu clair le sommeil léger, foncé le sommeil profond. Je pense que ce capteur est fiable, car sur les deux nuits précédentes à celle restituée ci-contre, moins calmes, il avait effectivement noté les phases d’éveil en pleine nuit.
Gadget peut être, mais pas que. Ces graphiques peuvent vous aider à mieux comprendre le déroulé de vos nuits, ou aider votre généraliste ou spécialiste dans le cas de problèmes de sommeil demandant une prise en charge.

 

 

Le Withings Aura est proposé en moyenne à 290 €. Je ne l’aurais certainement pas acheté d’emblée mais le test m’a vraiment séduite, surtout pour la pertinence de l’heure de réveil et par conséquent des matinées plus dynamiques. Pour moi il peut faire l’objet d’une bonne idée de cadeau (message subliminal).

Actuellement 274 € sur Amazon

La Montre Steel HR 

Toujours chez Withings, la montre Steel Hr peut être une option à coût moindre pour se lancer dans les appareils connectés visant à mieux connaître son sommeil et se réveiller en pleine forme.
D’autant plus que cette montre permet aussi de suivre le nombre de pas et kilomètres parcourus dans la journée, (idem en natation, cette montre est waterproof), suivre notre rythme cardiaque, les calories dépensées.
Comme l’Aura, elle restitue sur l’appli les graphiques liés à vos nuits passées et vous réveille de vibrations transmises à votre poignet.

steel-HR-top-topic

Et en plus elle donne l’heure !

Un petit écran digital sur son cadran vous indique les sms et appels entrants, avec le nom de la personne qui tente de vous joindre, alerte liée à une petite vibration de la montre. Ce peut être utile lorsqu’en rendez-vous on laisse son téléphone dans son sac, par correction. Si on voit Ecole s’afficher, on se dit qu’il vaut bien voir de quoi il retourne. Les mamans comprendront de quoi je parle… Steel HR vous alerte aussi des notifications de votre agenda, toujours par petites vibrations.

La montre existe en 2 diamètres, 36 et 40 mm, la 36 est amplement suffisante pour les poignets fins et/ou féminins. Le bracelet en silicone est disponible en plusieurs coloris.

Au début je trouvais Steel HR trop grosse et peu féminine, et puis au bout de 2 jours je me suis aperçue que beaucoup de gens portaient ce style de montre. Et finalement je me suis tellement amusée avec elle pendant les 3 jours de test qu’elle m’a séduite. L’achèterai-je ? Non car peu, pas, pas du tout sportive, et suivant déjà mon nombre de pas sur mon téléphone, je n’utiliserai pas tout son potentiel. Mais pour une personne sportive, c’est certainement un objet connecté utile, complet et plutôt élégant.

A partir de 190 € sur Withings.com

 

Le Sleeppeanut de Sen.se

Trop mimitou le petit Peanut ! Un appareil grand comme le pouce, en forme de coque d’arachide aplatie, d’où son nom, il est l’entrée sleeppeanut-top-topicde gamme de ce test d’appareils connectés.
Glissé entre le matelas et le drap du dessus, à hauteur d’épaule, SleepPeanut va là encore capter et analyser vos cycles de sommeil et définir quand vous réveiller au mieux, par une vibration dont vous décidez de l’intensité.

Lui aussi se paramètre facilement par une appli dédiée qui restitue aussi les « résultats » de vos nuits.
Nomade, il est bien pratique pour les voyageurs, et son prix en séduira plus d’un : 29 € ! Plusieurs coloris proposés.

Sen.se Boutique

Sleep Companion de Holî

Il s’agit d’une ampoule* à vis, bardée de capteurs, adaptable à tout large culot de douille.
Attention, vous devez abandonner votre abat-jour pour profiter de la luminothérapie que propose cette solution.

Là aussi, depuis l’appli dédiée de votre smartphone (appli la plus sympathique du test), hôlivous décidez de votre heure de réveil et de l’ambiance sons et lumière désirée :
Eau, oiseaux, ou même Deezer, Spotify, ou votre musique et toute une palette de lumières. Sleep Companion obéira à votre souhait et vous réveillera à l’heure dite avec en prime en gentil message sur votre écran.
Si vous choisissez l’option Données de sommeil, votre smartphone relié à l’ampoule analysera pendant la nuit la température de la chambre, les sons ambiants et la luminosité pour vous restituer un état de la nuit passée. C’est là où je n’ai pas été fascinée, les données étant contradictoires avec celles de Withings Aura qui collaient bien, elles à mon ressenti.

Sleep Companion vous propose aussi de piloter votre phase d’endormissement en jouant avec l’ambiance lumineuse. On peut donc dire que ce simulateur d’aube et aussi simulateur de crépuscule.

En vente sur la Fnac, Amazon. Prix public moyen 79€, proposé en avril 2017 à 69 € sur Amazon.

(*700 lumens et 85 % de conso en moins que les ex ampoules à filament classiques)

 

Non connectés, PSiO et les lunettes Bio Optik 

PSiO…

… les lunettes futuristes !

Psio-Top-Topic

Les lunettes PSiO, sons et lumières !

Là encore, pas de notice, et pas d’appli. J’avais un appareil de démonstration, peut-être la notice a-t-elle été perdue en cours de route ?
Du coup, en avant pour l’intuition. De toutes petites touches sur une des branches : différents styles de sons (musique ou voix) proposés à chaque impulsion, et des lumières plus ou moins douces ou saccadées accompagnant chaque programme. D’autre touches pour augmenter le volume du son et l’intensité de la lumière. Un câble USB pour recharger la batterie et télécharger des programmes dédiés sur internet.
Je tombe sur un programme d’accompagnement à la relaxation, déjà « intégré » à la paire qui m’a été confiée, j’essaie… Très agréable, je me laisse guider et yeux fermés, je capte les différentes lumières qui sont diffusées sur les verres, côté visage.
Des exemples de programmes (impossible d’en trouver le prix) : Pré-Opératoire, Détente chez le dentiste, Sein…timentalement (pour l’allaitement ?), Sieste flash, Mémorisation, Se libérer du sucre…

Qu’en dire ? A 350 € la paire on commence à réfléchir. Je vous invite à faire comme moi, visiter éventuellement le site du fabricant, dont est issu le tableau ci-contre.
Même si la séance que j’ai faite m’a bien détendue, je suis peu à l’aise avec la communication qui entoure cette marque.
Si je n’ai jamais pu mettre la main sur une notice de base, je n’ai en revanche pas manquée de théorie(s) et de bla-bla autour de la planète Psio, que ce soit dans le magazine « PSiO Magazine » qui accompagnait la paire que je testais, que sur le site de la marque ou sur des sites témoins. « Comment les applications Psio peuvent influencer les gênes », « Introduction à la philosophie Psio », « Les formations du réseau Psio », « Pourquoi le réseau Psio »…

PSIO pour psi, tout simplement. Le créateur de ces lunettes se veut accompagnateur de l’esprit.

Et moi je vous laisse juge.

 

 

 

Les Lunettes Bio Optik

bio-optik-top-topic

Bio-Optik Modèle 63, le plus couvrant mais pas le plus glamour

Plus simples et moins onéreuses, ni connectées ni même branchées à quoi que ce soit, ces lunettes ont été conçues pour couper les longueurs d’ondes du spectre lumineux qui bloquent la sécrétion de la mélatonine, hormone du sommeil.

Cette lumière néfaste à un bon endormissement nous la connaissons tous, c’est celle de la télévision ou de l’écran d’ordinateur, qui excite et retarde le marchand de sable. C’est la « lumière bleue ».

 

Les lunettes Bio Optik sont aussi une aide aux travailleurs de nuit ou aux personnes présentant des troubles du sommeil : elles potentialisent le début de sécrétion de mélatonine et viennent en aide à l’horloge biologique.

Effectivement, après 2 soirées à fond devant la lumière bleue de mon PC mais avec ces lunettes en « protection » je me suis sentie moins éveillée, moins « vigilante » qu’après d’autres soirées similaires.

Proposées en 3 modèles ces lunettes sont distribuées en France par l’Essentiel, Paris 11ème  – 01 40 09 10 70  – de 79 à 89 €

Bilan

Après ce test qui n’a pu durer que 3 nuits pour des raisons de logistique :

. j’achète les lunettes Bio Optik pour les chausser le soir devant mon PC. J’ai effectivement beaucoup plus de mal à m’endormir lorsque je viens de passer une soirée devant mon ordinateur. Et je demande à mon fils de les porter s’il joue à la Play Station le soir. En plus elles font voir la vie en jaune, c’est euphorisant !

. j’offre la montre Steel HR à mon Merlin, si sportif. Finalement pour le prix d’une montre cadeau lambda, elle apporte une valeur ajoutée, et lui me dit que pour suivre son rythme cardiaque quand il court ou savoir où il en est de ses longueurs de piscine, oui c’est une bonne idée.

. j’offre le SleepPeanuts à une copine friande d’innovation, bonne petite idée de cadeau

. je me fais offrir le Withings Aura pour la pertinence de ses réveils

. et j’essaie de trouver d’occasion les lunettes PSiO pour leurs programmes de relaxation.

Attention, pour les appareils connectés il est évident que votre smartphone doit rester en chambre, il faut y penser avant d’investir !

*Petit rappel sur la mélatonine

Hormone du sommeil, la mélatonine est secrétée par le cerveau pendant la nuit et règle les cycles sommeil-éveil en fonction de la luminosité.

La libération de la mélatonine augmente à l’heure du coucher, atteint un pic aux alentours de 3h, avant de diminuer jusqu’à l’heure du réveil. Tiens tiens, pile l’heure à laquelle je commence à avoir un sommeil haché.

L’exposition à la lumière « quotidienne » (du jour, des écrans) avant de se coucher bloque la sécrétion de mélatonine, l’endormissement est donc rendu plus difficile. C’est en jouant sur les différentes longueurs d’onde de la lumière, auxquelles le cerveau est sensible, que l’on peut s’endormir et se réveiller tout en douceur.

Le corps est plus éveillé avec la lumière bleue car elle perturbe la sécrétion de mélatonine. A l’inverse, la lumière rouge stimule cette sécrétion et favorise l’endormissement.

 


A lire aussi, l’avis de Florence Blanchard, coach en développement personnel, praticienne diplômée de Reiki, qui nous livre ses conseils en la matière, le sommeil étant une ressource capitale pour tous. C’est ici