La gestion mentale

LA GESTION MENTALE 

Pédagogie des gestes mentaux de l’apprentissage

Mes enfants (9 et 11 ans)  ont la chance d’être une école sensibilisée à la Gestion Mentale, outil d’aide à l’attention, la mémorisation, la compréhension, la réflexion et l’imagination créatrice.  Enseignants et élèves l’utilisent quotidiennement, et l’établissement propose une fois par an un atelier sur 4 séances de 3 h pour initier les parents.Gestion mentale cerveau enfant

J’ai assisté à celui de cette année. Je dois dire plus à des fins personnelles que pour mes enfants, qui semble-t-il se sont appropriés cette méthode sans avoir besoin de mon aide. Mon fils m’a même dit « ah non, ne te mêle pas de MA gestion mentale ! ». Et comme l’âge avançant je m’aperçois qu’il m’est plus difficile qu’auparavant d’apprendre et mémoriser de nouvelles connaissances, ou même de retenir à long terme ne serait-ce que la trame d’une conférence, j’ai imaginé (et j’ai bien fait) que la Gestion Mentale pouvait m’aider.

Si l’atelier dure 12  heures pour apprendre le B-A BA, vous comprendrez bien qu’il m’est impossible de vous le résumer ici. Je vous conseille bien sûr de visiter le site de l’association Initiative et Formation IDF qui s’est déplacée dans l’école de mes kids, (plus d’infos en fin de ce billet).

Alors  j’ai demandé à Caroline Barthelemy, praticienne en Gestion Mentale, d’apporter des réponses à des situations que tout parent d’élève (du primaire à l’étudiant) peut rencontrer.

Avant de vous livrer notre échange théorique, je vous livre 3 points  que j’applique dorénavant et qui illustreront la teneur de ce que j’ai appris à l’atelier :

. lire à un enfant une leçon ou un texte qu’il doit mémoriser, tout en le faisant colorier un mandala, peut être une bonne technique. D’autres ont besoin de lancer une balle dans un mur répétitivement tout en apprenant, c’est normal.

. Tout comme il est normal que ma fille ne tienne pas en place quand elle doit mémoriser. Elle a BESOIN de ce mouvement. Maintenant que je le sais, le bénéfice est là : je suis zen,  je ne l’assomme plus de  « reste en place », elle apprend vite et je la sens nettement plus à l’aise dans » l’exercice ».

. Par mon métier je dois retenir beaucoup de nombres ou de suite de chiffres. Cela devenait de plus en plus difficile. Maintenant, je les « dicte » à ma main plusieurs fois et les retiens facilement.

Besoins Gestion mentale

 

Entretien avec Caroline Barthelemy :

La Gestion Mentale est une pédagogie qui peut être utilisée en individuel et en groupe. Elle permet d’acquérir de bonnes habitudes de travail et de comprendre le fonctionnement de sa pensée. C’est une démarche qui permet à chacun d’aller à la rencontre de ses stratégies de réussite.

Il ne sait pas apprendre par cœur sa poésie.

On peut émettre l’hypothèse qu’il a du mal à retenir les mots. Il sait sans doute la raconter, décrire les scènes, en faire un dessin. Je me pose alors des questions : comment la poésie existe-t-elle dans sa tête ? On peut imaginer qu’il a lu la poésie ou que l’un de ses parents lui a lu la poésie. Une fois cette lecture terminée, on a caché la poésie et on peut demander à l’enfant : quand tu penses à cette poésie, comment existe-t-elle dans ta tête ? On peut supposer des réponses diverses, qui peuvent interloquer les parents car la vie mentale est d’une richesse infinie. La façon dont mon enfant va penser à cette poésie sera peut-être très différente de la façon dont j’y pense moi, le parent. Et cette façon de penser à cette poésie s’appelle l’évocation dans notre vocabulaire de gestion mentale. L’évocation est la base de notre matériel mental. Sans évocation, il n’y a pas de pensée, et sans pensée, il n’y a pas d’apprentissage possible. Il est nécessaire d’entraîner nos enfants à l’évocation et ceci dès leur plus jeune âge. C’est un grand service à leur rendre.

On me dit que mon enfant n’est pas attentif en classe

Que met-on derrière le mot « attentif » ? Quand on pose la question autour de soi, les réponses sont souvent : je ne dois pas bouger, je dois regarder la maîtresse ou le maître, ou le professeur…et on pense qu’on est attentif. Mais, je peux très bien ressortir de la classegestion mentale sans savoir de quoi l’on parlait et avoir porté mon attention sur. .. le fait de ne pas bouger,  pas parler.  Mauvais projet ! Et pourtant, j’ai fait ce qu’on m’a dit : je suis resté tranquille. Alors, que dois-je faire ?  En gestion mentale, être attentif c’est saisir des informations pour les faire exister dans ma tête.  Ça, c’est le bon projet.  Cela me permet de donner du sens à ce que je perçois.  Je donne  une existence mentale à un mot d’orthographe,  à une opération,  à une consigne,  à une définition… Etre attentif, c’est avoir le projet d’évoquer le monde perçu.

 

apprendre Gestion mentaleA la maison, il sait sa leçon et à l’école il n’arrive pas à la réciter.

Là, je peux supposer que l’enfant a bien appris à la maison et qu’il l’a récitée à son parent. Et là, le parent referme le cahier, félicite son enfant : bravo ! Tu sais bien ta leçon.  L’enfant est content, la boucle est bouclée : j’ai appris, j’ai récité.  Sauf, qu’à l’école, c’est la panique : il n’a pas su la réciter.

On peut s’interroger sur « le projet » dans lequel était l’enfant au moment où il apprend et récite à son parent.  Je suppose que le parent a dû lui dire : tu apprends et puis tu viens me la réciter. En disant ça, le parent aide son enfant à se mettre en projet de venir lui réciter cette leçon. Et l’enfant va s’investir dans cette mise en projet.  Mais, quel service cela rend-il à l’enfant de venir réciter à son parent ? Cela permet de vérifier que la leçon est mémorisée… pour le moment.  Mais, ce n’est pas suffisant. Ce geste intellectuel  (qu’est le fait de mémoriser) a besoin d’un avenir. On apprend toujours pour plus tard. Et dans la situation présente, l’enfant a mémorisé pour venir réciter à son parent.  Il est nécessaire que cette leçon mémorisée dépasse la porte de la maison. Et pour cela, il faut imaginer l’avenir de cette leçon mémorisée. On va dire à son enfant : tu sais ta leçon. Maintenant,  dans ta tête,  peux-tu t’imaginer à l’école, dans ta classe ? Peux-tu imaginer que la maîtresse t’interroge ?  Peux-tu t’imaginer en train de réciter cette leçon ? Et là, on garde le silence, on laisse l’enfant s’imaginer en train de réciter. Voilà, là, c’est la bonne mise en projet de cette leçon.  La gestion mentale nous aide à entraîner nos enfants dans ce geste de mémorisation.

Pouvez-vous préciser le terme « geste mental » ?

Lors de toute activité qu’elle soit intellectuelle, manuelle, sportive, à la maison, dans un jeu…nous effectuons inconsciemment des gestes mentaux. Il y en a cinq : l’attention, la mémorisation, la compréhension, la réflexion et l’imagination créatrice. «  j’ai réussi mon coup droit au tennis. » Que s’est-t-il passé dans ma tête ? Comment ai-je fait pour être attentif, pour mémoriser, … ?  Dans une situation de réussite, la gestion mentale permet l’exploration de ces gestes mentaux. 

En avoir connaissance ouvre l’horizon de la réussite.  L’échec n’est pas une fatalité.  Nos enfants ont des cheminements qui leur sont propres.  Imaginez un professeur devant sa classe de 30 et autant de cheminements possibles en plus du sien ! La gestion mentale apporte aussi des réponses aux professeurs qui se posent des questions sur la progression de leurs élèves.

La gestion mentale apporte aux parents une aide précieuse pour développer les aptitudes de leurs enfants. Et cela n’est pas concentré uniquement sur les apprentissages scolaires. A la maison, on peut tout à fait renforcer ces aptitudes et ceci, très tôt. On peut, à travers le jeu, renforcer ses habitudes d’évocation, d’attention, de mémorisation…


Comment définiriez-vous la gestion mentale ?

Je dirais que la gestion mentale, c’est piloter son intelligence et croire profondément que la réussite est possible. logo Initiative et Formation IDF

Notre association propose des formations en gestion mentale, des suivis individuels, des ateliers parents, des stages jeunes. Nous organisons aussi des stages à la demande, dans les écoles, ou si vous voulez constituer un groupe, nous étudions toute demande et  nous vous ferons des propositions.

Le site  : www.gestion-mentale-declic.com

Contact : gestion.mentale.declic@gmail.com

 

One comment

  1. […] Comment favoriser le développement de ces habiletés chez les élèves? Cet article de la psychologue, chercheuse et auteure Marilyn Price-Mitchell porte sur la conscience de soi et la façon dont cette conscience est liée aux habiletés métacognitives. La conscience de soi, associée au système paralimbique du cerveau, permet à l’individu d’ajuster ses conceptions du monde ; sa conception de soi et des personnes qui l’entourent. La gestion mentale pédagogie d'apprentissage. […]