Top

Focus sur Tipi, pour apprendre à réguler nos émotions

Après avoir testé la pratique TIPI pour mes enfants et moi-même en janvier, j’ai très envie de vous en parler car j’ai découvert là un très bon moyen de réguler les difficultés émotionnelles, en toute autonomie. Encore peu répandu en France, TIPI est pourtant bien connu des Allemands, des Espagnols et des Américains.


TIPI ? 

TIPI est l’acronyme de Technique d’Identification Sensorielle des Peurs Inconscientes

C’est le chercheur en pédagogie, Luc Nicon qui a fait cette découverte il y a environ 10 ans et qui est reconnue scientifiquement.

 

Principe :
Nous avons tous la possibilité de réguler nos émotions, en autonomie et en utilisant notre capacité naturelle qui le permet.

Avoir peur de prendre l’avion, peur du vide, être sujet à des angoisses, avoir peur de prendre la parole en public, se sentir bloqué, perdre ses moyens, peur de mourir, sans énergie etc. Toutes ces difficultés émotionnelles peuvent se réguler et disparaitre durablement.

Certains ont peur d’une araignée, d’autres se sentiront mal à l’aise devant telle personne, seront angoissés à l’idée de telle épreuve ou démarche, trembleront à l’idée d’un nouveau rendez-vous amoureux ou professionnel, éviteront de prendre tel mode de transport, refuseront de sortir par peur du « groupe », etc.

 

Autant de situations dont il est possible de se débarrasser.
Le but de TIPI n’est pas de chercher le pourquoi du comment mais de nous aider à nous « auto-nettoyer » de l’émotion et de ses manifestations physiques, lorsqu’elle survient et pour qu’elle ne revienne plus.
S’il est impossible de travailler sur l’émotion à l’instant T (car vous êtes en réunion, au volant, en public…) c’est à une séance de TIPI en différé à laquelle il faudra avoir recours.

Ici, bien sûr, ce sont les émotions dites « négatives » qui nous « intéressent » : peur, phobie, colère, anxiété, stress, angoisse, agacements, inhibition..

 

LA REGULATION EMOTIONNELLE

TIPI nous apprend à utiliser de façon autonome, sans praticien, notre capacité naturelle à réguler nos émotions et lever nos blocages. Certes il faut un praticien au départ pour « apprendre », mais ensuite quel confort d’être autonome pour s’en servir à tout moment, en tous lieu sans passer par la case « rendez-vous avec un thérapeute ».

 

J’ai connu TIPI par une amie psychologue scolaire formée à cette pratique qui fait des merveilles auprès des enfants. C’est après qu’elle me l’ait recommandé pour venir à bout d’une phobie de mes enfants que j’ai rencontré Sandrine Deluz, praticienne à Paris.

Comme de nombreux praticiens en France, Sandrine organise régulièrement des sessions d’initiation à TIPI à son cabinet, d’une durée de 2 x 2 h pour… 20€ !

Suivre ces 4 heures m’a permis d’apprendre à être autonome et réguler mes propres émotions.

 

Concrètement :

Et bien maintenant, si je ressens au moins 2 sensations physiques liées à mon émotion je ne combats plus, par exemple en respirant fort, en m’aérant, mais AU CONTRAIRE je laisse évoluer dans mon corps sans juger, sans évaluer, ni commenter. Ni me focaliser, surtout pas. C’est peut-être le plus dur au début.

Les sensations ? Ce peut-être gorge nouée, cœur qui bat trop fort, tremblements, mains moites, suées, bouche sèche, bourdonnement, poids dans l’estomac, picotements, pieds glacés etc, etc. On connaît tous cela. Enfin, je crois !

Ces sensations vont disparaître d’elles-mêmes et je me sentirai mieux. Ce phénomène qui dure entre quelques secondes et 2minutes 30 au maximum procède à « l’auto-nettoyage » (cette image colle très bien) et va enlever à vie le blocage, donc la mémoire sensorielle à l’origine du désagrément récurrent face à telle ou telle situation.

A ce niveau les pistes pour expliquer la mémoire sensorielle sont diverses : vie intra-utérine entre autres. Mais là n’est pas le propos.

 

Retour d’expérience.. ma première régulation émotionnelle !

Pour moi cela a très bien fonctionné face… à ma mère, d’un caractère très imprévisible et plutôt pas commode. Euphémisme… Toujours un gros nœud à l’estomac en allant la voir, et un poids sur les épaules et le souffle coupé après chaque visite.

Après 2 séances TIPI en autonomie je suis très détachée avant, pendant et après ces visites.

2 séances car je n’ai pas été au bout de la 1ère qui m’a semblé durer, durer. Je pensais m’y être mal prise. En fait il y avait beaucoup à nettoyer ! Ca a duré effectivement plus de 2 mn la seconde fois (avec l’impression de gonfler, gonfler comme un énorme ballon) (oui, ma mère me gonfle…?)

Maintenant à moi de penser à utiliser TIPI plus souvent. Autant on trouve vraiment la chose magique, autant le réflexe d’y recourir n’est pas automatique, formatés que nous sommes.

En initiation collective je n’étais pas la seule dans ce cas. Mais en corollaire, nous avons tous remarqué à 15 jours d’intervalle entre les 2 séances que nous étions moins sujets à l’emprise d’émotions négatives. Comme si le fait de se savoir dorénavant « armés » nous « protégeait » un peu !

 

Si simple qu’il est possible d’essayer juste en lisant ce type de billet ?

Oui c’est simple mais il est préférable de suivre la formation « Tipi en situation et en autonomie » de 2 X 2heures. En effet, s’il n’y a aucun risque physique, physiologique ou mental à essayer d’utiliser sa capacité naturelle de régulation émotionnelle, il vaut mieux être guidé au départ pour mettre toutes ses chances d’aboutissement de son côté.

D’ailleurs, de nombreuses questions différentes, intéressantes et constructives sont soulevées par chaque personne aux sessions d’initiation collective, alors autant en profiter.
Et si vous découvrez TIPI en individuel avec un thérapeute, vous aurez le confort d’une formation intimement liée à vos problématiques.

 

 

Tipi se décline en différentes formations :

Tipi pour les petits (enseignants, parents, Atsem, éducateurs petite enfance). (2X3h)

Tipi pro pour faire des séances à autrui sur des difficultés dont la personne souhaite se débarrasser (pour les professionnels de la santé et de l’accompagnement, coach). (10 jours)

Tipi direct pour venir en aide à une personne, au moment où elle est envahie par une perturbation émotionnelle (2x3h)

 

Rencontre avec Sandrine Deluz, praticienne 

 

Top-Topic Le Blog : Sandrine, quelle est votre formation initiale ? Comment avez-vous découvert TIPI ?

Sandrine Deluz : Ma formation initiale est la danse contemporaine en tant qu’interprète, et la pédagogie. Puis je me suis orientée sur l’accompagnement et l’écoute en suivant la formation de la Méthode ESPERE® de Jacques Salomé. C’est lors de cette formation que j’ai entendu parler de l’association Tipi et de cette démarche.

 

Sandrine Deluz

 

TTLB : Dans quelle catégorie classez-vous TIPI ? Thérapie ? Soin thérapeutique ? Psychologie ?

SD : Tipi ne se classe dans aucune de ces cases car il s’agit de notre capacité naturelle. Par contre beaucoup de psychologues, psychiatres, médecins, thérapeutes l’utilisent avec leurs patients car les « résultats » peuvent être beaucoup plus rapides et spectaculaires.

 

TTLB : Quelles sont les exigences, les pré-requis pour être praticien certifié ?

SD : Il faut avoir suivi tout le cursus de la formation professionnelle, à commencer par suivre une formation publique comme celle à laquelle vous avez assisté.

 

TTLB : Comment trouver un praticien autorisé ?

SD : Les praticiens certifiés sont référencés sur le site TIPI.Pro sous forme d’annuaire des praticiens. Il y en a dans beaucoup de régions. Ceux formés à faire les formations publiques peuvent se déplacer à la demande.

 

TTLB : Quels sont les types de problèmes que vous-même avez-vous pu aider à résoudre grâce à TIPI ?

SD : Il y a toutes sortes de problématiques : j’ai reçu une jeune fille de 12 ans avec la phobie de l’araignée, un petit garçon pour la même chose. Une personne sur son stress dans l’entreprise, d’autres sur la peur de conduire et de passer le permis, la peur en avion ; une jeune femme qui n’arrivait pas à faire tel choix dans son parcours de divorce etc.

 

TTLB : Quelles sont les « limites » de TIPI ? Que ne faut-il pas en attendre ?

SD : Comme vous le dites en début de l’article, nous ne cherchons pas à comprendre d’où peut venir la problématique mais nous partons de la demande de la personne qui souhaite se débarrasser d’une difficulté pour supprimer durablement cette difficulté. Certains praticiens dans le cadre de leur profession de thérapeute peuvent passer d’abord par des séances d’écoute puis proposer ensuite soit la formation à l’autonomie soit de faire en cabinet des Tipi différé.

 

TTLB : Combien de séances en individuel faut-il en général pour être autonome ?

SD : Pour apprendre l’autonomie en situation et pouvoir réguler seul en différé cela demande trois rendez-vous. Le différé c’est quand je n’ai pas pu réguler au moment où j’étais en difficulté mais je souhaite quand même me débarrasser de cette difficulté. Je vais pour cela faire appel à ma capacité naturelle mais avec un protocole un tout petit peu différent.

Sinon, pour simplement savoir faire par moi-même en autonomie et en situation la formation publique suffit.

 

TTLB : Quel est le coût moyen d’une séance ?

SD : Suivant les praticiens cela varie entre 50 et 80 euros. Comme disent certains, combien la personne est prête à mettre pour être débarrasser d’une lourde problématique en très peu de séances et durablement !

 

TTLB : Vous êtes aussi praticienne ESPERE®, de quoi s’agit-il ? Tipi et Espere® sont-ils compatibles et complémentaires ?

SD : Je suis formatrice en relations humaines avec comme démarche pédagogique la Méthode ESPERE® qui traite des relations, de leur contenu, leurs fonctionnements. Comme le thérapeute, j’écoute, j’accompagne et nous utilisons en Méthode ESPERE® le principe de la visualisation externe pour que la personne entende et voit ce dont elle parle (ses émotions, ses peurs, ses compétences, ses ressources, ses besoins etc).

Ma pratique se fait en séances individuelles et aussi sous forme de formations, à des groupes souhaitant avoir des connaissances, des approfondissements sur les relations (entreprises, écoles, structures associatives).

Tipi complète très bien cette démarche car, avec l’accord de la personne, et sur ses situations précises nous pouvons aller beaucoup plus vite dans le bien-être et l’apaisement émotionnel. Cette découverte de Luc Nicon est vraiment formidable, et j’invite tout le monde à savoir utiliser sa capacité naturelle de régulation émotionnelle. Celles et ceux qui n’y arrivent pas sont en général des gens très dans le mental et qui n’arrivent pas à simplement laisser aller leurs sensations présentes dans le corps, sans intervenir. La peur de perdre le contrôle est en soi une belle régulation émotionnelle !

Je vous conseille la lecture du dernier livre de Luc Nicon : « Revivre sensoriellement » aux éditions Emotions Fortes.

Site Officiel TIPI  

et Contact : https://tipi.pro/contact/

Coordonnées de Sandrine Deluz
06 10 66 21 00 
sandrine.deluz@free.fr
 www.deklik.fr

A lire aussi :
Mon billet « Valentin et les points magiques »