Venise avec mes enfants !

Venise au pied du pont du Rialto

Nouveau style de billet pour Top-Topic ! Voici un retour sur un petit séjour à Venise avec des enfants, qui peut donner des idées ou conseils à d’autres parents souhaitant découvrir au mieux cette magnifique cité lagunaire, dite « La Sérénissime ».

Je suis partie seulement avec mes loulous (10 et 12 ans), mon Merlin connaissant déjà bien Venise et ne pouvant se dégager aux dates que j’avais retenues.

 

Quand y aller ?

J’ai choisi un séjour encadrant un week-end, précisément du jeudi 6 avril au lundi 10 avril 2017.
Causes : organisation interne à la famille, ma vie de bureau et… aux tarifs des compagnies aériennes, moins chers en jours de semaine de vacances qu’en week-end.
Et au printemps pour éviter le gris et la froidure de l’hiver, les risques d’Acqua Alta (marée très haute qui fait déborder la lagune et demande à circuler en bottes), et les moustiques et hordes de touristes de l’été.
Mes voisines, que je salue, grandes voyageuses, m’ont indiqué que le week-end des Rameaux (une semaine avant celui de Pâques, donc,  celui que j’avais choisi) était LE week-end charnière entre la foule mesurée du début de printemps et la cohue annonçant l’été.

 

Quelle compagnie aérienne choisir ? 

Easy jet car je voulais absolument arriver et partir d’Orly, plus pratique pour moi que CDG. Transavia ne me proposait rien en ce sens d’une part, et  Pépito, 12 ans restait en tarif enfant sur Easyjet alors qu’il passait en adulte sur Transavia.
Pour des vols en semaine (jeudi-aller et lundi-retour), achetés sur internet le 28 février ==> 306 € pour 3 allers/retours, à des horaires normaux (milieux d’après-midi), pas mal non ? 1 adulte et 2 enfants.

Petit conseil : essayez de n’avoir que des valises acceptées en cabine = 56 cm x 45 cm x 25 cm maximum, poignée et roulettes incluses.  Il y a des gabarits devant les comptoirs d’EJ et devant la porte d’embarquement, si votre bagage ne rentre pas dedans, c’est foutu, il doit partir en soute. ==> 5 € en sus, mais surtout la petite perte de temps de récupération du bagage à l’arrivée.
Attention 1 : un seul bagage en cabine par personne. Les sacs à dos des enfants sont comptabilisés comme 1, la housse d’ordinateur idem. Mais le sac à main normal (non, on essaie pas de gruger et faire passer le maxi-cabas en sac à main) compte pour 0, ouf.

Conseil : si vous devez vraiment prendre une valise de taille moyenne promise à la soute par sa taille, ne payez pas son surcoût dès votre réservation sur internet. A chaque fois que je voyage en low cost et que j’ai une valise moyen gabarit, il y a un des 2 vols sur lequel elle part certes en soute, mais gratuitement.

 

 Se loger à bas prix

Après une première réservation en hôtel, annulable sans frais sur Booking, j’ai finalement opté pour une solution Airbnb. En effet, prendre tous nos repas au restaurant (solution hôtel) était peu économique et lassant.

Venise vu du ciel

Rectangle bleu : Piazzale di Roma où arrivent les bus de l’aéroport et partent les vaporetti           En jaune : le pont du Rialto sur le Grand Canal et la place Saint-Marc, sur la lagune.             Place Saint-Marc = Palais des Doges, Campanile, Basilique Saint-Marc, Café Florian, Palace Danieli, bordure du quartier marchand « Mercerie », et le pont des Soupirs à 2 mn à pied.          Trait rouge : via Garibaldi                                                                                             Cercle rouge : San Giorgio Maggiore, visible depuis la via Garibaldi

 

Calle dei Peitri

Calle dei Peitri, typique !

J’ai choisi un peu au pif le quartier de Castello, et je n’ai pas regretté. D’une part son caractère soi-disant excentré faisait baisser les prix des nuitées, et d’autre part nous avons ainsi pu profiter le soir du Venise des Vénitiens, du calme du grand jardin public qui borde ce quartier et de ses jeux de plein air pour enfants (balançoires etc).

Venise ressemble à un poisson : l’animation principale (Saint-Marc, le Rialto, le quartier des Mercerie…) se trouve dans et en bordure du ventre, le Castello est sa nageoire de queue.

Et finalement, pour rejoindre la Place San Marco nous en avions pour 15 petites minutes à pied par le quai,  profitant dès le départ de la vue sur San Giorgio Maggiore et le Palais des Doges au loin.
Notre ruelle Calle dei Petri, très typique, débouchait sur l’avenue la plus large de Venise, la Via Garibaldi, qui offre des commerces « de tous les jours », dont 2 pharmacies, 2 boulangeries, un marchand de

via Garibaldi

La Via Garibaldi, au niveau où débouchait notre Calle. Non il n’y a pas que des canaux à Venise !

journaux, de nombreux restaurants, des maraîchers en étals (bien sympas !), et surtout une supérette Coop ouverte toute la journée et tard le soir, avec un large choix de produits à prix compétitifs. Pratique et économique pour s’approvisionner en petite épicerie, petits-déjeuners et pour les repas hors restos.

Coût de l’hébergement pour 3 personnes, 4 nuits, salon-salle à manger, chambre,  pette cuisine équipée, salle de bain douche très correcte, draps et serviettes (en grand nombre !), wi-fi : 447 € ménage de départ et commission Airbnb compris. 

Et cerise sur les spaghetti, accueil du loueur au vaporetto.

Dans Venise, tout est à touche-touche, de nos fenêtres nous donnions sur d’autres logements et inversement, mais pour quelques jours, surtout en étant souvent dehors, aucun problème. Par contre, je pense que lorsque l’on tombe près d’un appartement avec un bébé qui pleure beaucoup ou une télé à fond, ça doit être dur ! C’est une question à regarder dans les commentaires des précédents occupants.

 

Comment se déplacer à Venise ?

 

De l’aéroport Marco Polo à la ville de Venise

En dehors du taxi (cher), vous avez le choix entre :

. Bus depuis l’aéroport jusqu’à la grande place d’arrivée dans « la tête » du poisson, Piazzale Roma, d’où vous prenez le vaporetto qui va le plus près de votre lieu d’hébergement.
Conseil 1 : Choisissez plutôt la  compagnie ACTV pour le bus, que l’ATVO. Pour les deux le tarif est de 8€, mais si l’ATVO va plus vite (20/25 mn au lieu de 25/35 mn) les fenêtres du véhicule sont recouvertes d’un adhésif publicitaire qui ne permet de voir l’extérieur que vaguement.

Bien regrettable pour se faire une idée de la terre ferme avant la Sérénissime !

Conseil 2 :  ne vous trompez pas de compagnie devant les distributeurs automatiques présents partout dans la zone arrivée de Marco Polo. C’est ce que j’ai fait… ACTV, ATVO, il y’a eu confusion !

Il y a des bus très souvent, de tôt le matin à tard le soir, dimanches et jours fériés compris,  ne vous mettez pas martel en tête à viser un horaire.

. Ou la ligne Bleue dédiée à ce trajet, de « Alilaguna ». 15 € par passager. C’est ce que nous avons fait au retour. Elle évite de combiner vaporetto et bus (monter, descendre, monter, descendre) et dépose au pied de l’aéroport mais :
.  ce vaporetto passe aussi par Le Lido, puis retour sur la « queue du poisson », puis Murano. Bref, 1h10 de transport.
. Ceci pourrait être sympa, mais le bateau est très bruyant
. et les hublots sont sales et placés hauts : les adultes n’ont pas forcément une belle vue et les enfants n’y voient guère car assis trop bas. Les deux miens ont eu mal au cœur.

 

Transports dans Venise

Le vaporetto :

Pour le plan des lignes, je vous conseille ce lien. Bateau collectif que l’on prend comme un autobus, il n’en demeure par moins assez cher : 7,50 euros le trajet, valable 75 mn… Des pass vous donnent des accès illimités pour 24 h (20€), 48h (30€) ou 72h (40 €).
Il y a des calculs à faire car Venise est somme toute assez petite et on peut faire beaucoup de choses à pied.

Du coup, je n’ai pris qu’un forfait 24 h (mais x 3 nous en sommes déjà à 60€) et avons réussi à faire :
. départ vendredi 15h37 depuis embarcadère San Marco pour San Giorgio (10 mn de traversée)
. montée en ascenseur au Campanile de San Giorgio, 2 €/personne, aucune attente (vs longue attente au Campanile de San Marco)
. belle vue sur San Marco et l’ensemble de la lagune
. pot en terrasse, bien agréable
. retour sur San Marco à 18h
. Vaporetto ligne 1 pour nous rapprocher de Giardini Biennale, embarcadère le plus proche de l’appartement.

. Samedi, départ 9 h pour Murano avec la ligne 4.1 depuis Giardini Biennale.
Balade, déjeuner, souffleurs de verre, voir plus bas.
Retour 14 h vers  Venise (et donc aperçu en Vaporetto du « haut du poisson »). A Piazzale Roma, ligne 1 pour remonter le Grand Canal doucement, et se faire déposer à… 15h37 – on aurait voulu faire exprès qu’on n’y serait pas arrivés – à Giardini Biennale.

La célèbre gondole 

Et bien oui j’ai cédé et j’ai bien fait. Même si cela demeure terriblement cliché et attrape-touriste, 80 €la gondole jusqu’à 6 passagers pour 30 mn, mine de rien, glisser sans bruit sur les petits canaux – j’avais demandé à sortir du Grand Canal -, avec un gondolier explicatif mais non intrusif, par un matin ensoleillé, et avec deux enfants absolument ravis, c’est que du bonheur. 

A savoir 1 : tous les gondoliers pratiquent le même tarif, aucune négo possible !

A savoir 2 : pour traverser le Grand Canal pourvu de très peu de ponts, vous avez en solution intermédiaire des gondoles collectives (grosso modo jusqu’à 10 personnes) qui pour 2 € par personne vous le font traverser, en 2 mn…ce sont les Traghetto. 8 embarcadères répartis sur chaque rive du Grand Canal. Si vous zappez l’étape gondole traditionnelle en petit comité, vous pourrez tout de même faire une photo sur un traghetto, mais attention, ça va vite !!

Le taxi 

Taxi-voiture Piazzale Roma <–> aéroport ou taxi-bateau dans Venise ou pour joindre les îles voisines : pas essayé. J’ai juste jeté un œil sur le tarif probable entre la Via Garibaldi et Marco Polo, à 100 € j’ai regardé ailleurs.

Les pieds

Dieu sait si mon Pépito n’est pas un grand marcheur, mais malgré nos 11 km de marche dimanche (appli Iphone à l’appui de ce comptage) aucune plainte. Il y a tant à voir !

 

Ce qui a plu à mes enfants à Venise

 

Il y a tant de choses à admirer et à visiter citées dans tous les guides que je vous donne juste quelques « tuyaux » ou lieux hors-circuits :

Pour la Basilique Saint-Marc, blindée de monde, j’ai choisi de ne montrer que le bas aux enfants, et c’est déjà superbe.
Astuce  : prendre un billet coupe-file en amont à l’office de Tourisme* qui pour 2 € vous donnera accès sans faire la queue, à un horaire donné. Attention, pas de sac à dos. La consigne est gratuite, à une centaine de mètres, pas forcément facile à trouver, et bonjour l’amabilité… Sur plan je pense qu’elle est Calle Spadaria, puis à 20 mètres sur la droite.

Pour le Campanile de San Marco : préférez celui d’en face, de San Giorggio ! La vue y est plus belle (puisque donnant justement sur San Marco, le Palais des Doges et tout Venise), 2€ la montée, et beaucoup moins d’attente

Fondaco dei Tedeschi

 

Pour une autre vue d’en haut, gratuite : filez au Fondaco dei Tedeschi, à droite du Rialto. Ancien lieu de négoce, c’est une cour carrée à étage, superbe, qui regroupe des corners d’articles de mode et luxe. L’accès à la terrasse supérieure est gratuit et donne une très belle vue. Entrée par la calle del Fontego, par la deuxième porte à gauche en tournant le dos au Canal 

Fondamenta Zattere – Quartier de Dorsoduro –

Dans le quartier de Dorsoduro, le Fondamenta (quai) Zattere fut une belle découverte, en arrivant du campo (place) San Barnaba. Ce quai sur lequel on débouche par des petits ponts donne tout d’un coup une impression de grand large, par sa vue sur l’île de Guidecca et sa taille. Il contient le monde sans aucune cohue.
L’impressionnant immeuble marron, cubique, en face sur la droite, est le Hilton, j’ai mis du temps à savoir.

De nombreux restaurant, sur le quai ou sur terrasses à pilori jalonnent le quai. A la tombée de la nuit, le va-et-vient des nombreuses embarcations en tous genre et le coucher de soleil offrent un joli spectacle.

 

La serre en bout de Via Garibaldi

Si vos pas vous amènent près du jardin public, dans le quartier de Castello, faites un coucou à la petite famille de tortues du bassin qui vous accueille à l’entrée du jardin quand vous arrivez par la via Garibaldi. Plus loin sur votre gauche, à 200 m vous passerez devant une jolie serre marchande de plantes / petite restauration.

 

Le Paradiso, avec vue dégagée sur la lagune – Viale Giardini Pubblici

Et prenez un verre ou un plat (fermeture 19 h en avril…) au Paradiso, tout prêt de jeux traditionnels comme des balançoires dont les enfants seront heureux de profiter après les visites culturelles.

Ca’Macana

Comme les objets en verre de Murano que l’on trouve partout, le masque de Carnaval est l’autre souvenir fétiche et emblématique de Venise Et comme le verre, il se dit qu’une bonne partie n’est pas du tout réalisée sur place…
Pour être sûr de trouver un véritable artisan, je vous conseille la boutique Ca’Macana (Ca est l’abréviation de Casa, de maison). 
L’accueil est charmant, la jeune « patronne » vous accueille en français si besoin, donne toutes les infos nécessaires mais ne vous colle pas pour pousser à l’achat. Lorsque nous y étions, un jeune artisan réalisait un masque sur place. Je ne suis pas fana de ce type d’objet mais là, tout était joli et de bon goût. Et ma fille a craqué pour un masque avec une  grande plume à 24 €, superbe.

 

A savoir : Ca’Macana vous permet de réaliser votre propre masque sur place, soit en papier mâché et là, pas besoin de réserver ; soit suivant la technique ancestrale de Venise, avec réservation au préalable. Super idée pour « poser » les enfants ! En regardant l’église San Barnaba, prenez le pont sur sa gauche puis la Calle de le Boteghe et vous trouverez vite le magasin sur la droite, avec un arlequin devant.

www.camacana.com

 

Conseil 1 :
Ca’Macana est tout près du Campo San Barnaba et là encore un petit restau agréable à vous conseiller avec des enfants, car calme avec accueil sympathique dans une petite cour abritée ou en salle : Pizzeria Al Casin del Nobili. Arriver tôt car ils refusent vite du monde en cour.

 

Murano 

J’avais jeté mon dévolu sur cette composition, ce sont les enfants qui n’ont pas voulu ! Un comble.

Descendez plutôt à l’arrêt Muséo – lignes 3 ou  4.1 ou 4.2 à 30 mn depuis Venise –  pour visiter l’église dei Santi Maria et Donato et ses mosaïques, avant de redescendre tranquillement  le long du Grand Canal (de Murano hein !) vers les souffleurs de verre au sud de l’île, et l’arrêt de vaporetto Faro.
En face de Santi Maria et Donato se trouve un restaurant sympa : l’Osteria Al Duomo, avec une grande cour ombragée, beaucoup de tables mais un service efficace, et une carte pour satisfaire tous les goûts. Et à noter car malheureusement rare, je reviendrai sur le sujet : accueil souriant !

En ce qui concerne les souffleurs de verre, on tombe dans le business à
tout crin, avec visites et démonstrations chronométrées, passage obligé par la boutique pour ressortir, mais bon, personne n’est encore obligé d’acheter ! En plus , vous en avez tellement vu d’objets en verre dans Venise et à Murano que vous êtes…. un peu dégoûtés. En tout cas avec les enfants ne ratez surtout pas une démonstration !

Si vous restez tentés par un achat, il paraît que les bibelots sont un poil moins chers à Venise (à tous les coins de rue) qu’à Murano.

Sur Murano, il y a aussi le Musée du verre bien sûr, que nous n’avons pas visité.

 

Pour finir

. *l’Office de Tourisme est presque sur la place Saint-Marc, à gauche sous les arcades quand on tourne le dos à la Basilique, tout au bout, au bout, au bout !

. En Italie, l’addition au restaurant est augmentée d’une taxe de « couverts ». Pour les enfants et moi nous avons payé en moyenne 4 € pour cette charge, dont le montant au bon vouloir du restaurateur est mentionné sur la carte.

. Evitez de venir avec des enfants encore en poussette.  Entre les marches des ponts, les vaporettos pas équipés pour, les ruelles parfois bondées, ça peut virer au cauchemar pour tous.

. De même n’emmenez pas votre enfant si la foule l’angoisse. Dans les ruelles près de la Place Saint-Marc le dimanche, c’est coton…

. S’il peut faire chaud sur les grands quais et sur la grandes places, les ruelles à l’ombre restent fraîches (en avril). Au printemps ayez toujours un petit pull à portée de main. 

. Ce n’est pas parce que vous serez accompagné d’enfants que le Vénitien se déridera… Est-ce à cause du tourisme de masse, des hordes de gens de toutes nationalités toutes cultures et toutes politesses à accueillir, guider, servir 365 jours par an qu’il fait la gueule ? Probable.
A part les 3/4 endroits signalés plus haut (+ resto self de l’aéroport où toute l’équipe est adorable) nous avons été marqués par la rudesse, le ton pète-sec,  l’air excédé voire « à bout » de presque tous les acteurs du tourisme rencontrés.

Néanmoins, Venise reste la Sérénissime, ville superbe que chacun saura apprécier à hauteur de son âge. Profitons d’en être à moins de 2 heures d’avion quel que soit le point de départ en France métropolitaine pour visiter cette ville parmi les plus belles du monde, si ce n’est LA plus belle !

Et puis pour revenir à mon titre, les amoureux y ont encore la vie belle :

 

 

Comments are closed.