Top

Focus sur Anne Sophie Toutain, jeune poétesse

Magie des réseaux sociaux, Instagram en l’occurrence, qui m’ont Anne Sophie Toutain
permis de faire la connaissance d’une jeune femme épatante, Anne Sophie Toutain.
Pourquoi épatante ? Parce qu’elle aime
la poésie, qu’elle est elle-même poétesse, et qu’elle déploie une
belle créativité et une belle énergie pour faire connaître son « travail »,
notamment via YouTube.

Tout ça à 21 ans, à l’ère des écrans, sms, écriture abrégée-mâchée-
digérée-fastfoodée. Un bonheur que de lui ouvrir le Focus de Top-Topic !

 

RENCONTRE

 

Qui êtes-vous, Anne Sophie Toutain ?

J’ai 21 ans, je suis poétesse et géographe lyonnaise. Suite à l’obtention de mon baccalauréat scientifique, j’ai choisi de m’orienter vers une classe préparatoire littéraire au Lycée Michelet à Vanves en 2015.

 

Quel parcours avez-vous emprunté pour devenir poétesse ?

L’amour de la poésie m’est venu lors de mes cours en classe préparatoire littéraire (2015-2017 à Michelet, à Vanves). Virginie Walbon, professeure de Lettres modernes, a su me transmettre le goût pour les mots et m’a surtout aidée à briser les chaînes qui ont longtemps bridé ma créativité.

À la fin de ma Khâgne, j’ai choisi d’arrêter les Lettres modernes, car j’avais l’impression d’être une spectatrice dans un musée et de contempler les plus grands chefs-d’œuvre. J’ai eu peur de ne jamais pouvoir créer de choses aussi sublimes. J’ai quitté la littérature pour mieux y revenir. Je ne sais pas si j’égalerai les plus grands, mais ma poésie est un projet sur la durée qui a éclos grâce aux mots que j’ai laissés me traverser.

 

Comment définiriez-vous votre poésie ?

Ma poésie est un « chantier » qui regroupe toutes les personnes sur mon chemin qui ont laissé une trace en moi. C’est un accouchement d’inspiration sur le papier mêlé à une savante dose de pugnacité. Le chemin parcouru représente une mise à nue de mon encre diluée dans ma patience.

 

Qu’est-ce qui vous a attiré dans la poésie ?

Je dirais tout d’abord le format court, et la liberté d’écriture. Je pense que c’est aussi l’imbrication des mots et la synthèse des images qui en résultent. J’ai aussi fait treize ans de musique en conservatoire et la sonorité des mots, l’acoustique qu’ils produisent en se mêlant m’a toujours fascinée.

 

Pourquoi avoir lancé une chaîne YouTube ?

En dehors des passionnés et des spécialistes, bien peu de personnes sont capables de mentionner les noms de poètes contemporains. Afin de démocratiser la poésie, j’ai décidé de diffuser ma prose sur un format vidéo : mes poèmes sont lus par des personnalités du monde du spectacle, les visuels sont travaillés par des graphistes et des musiciens composent un fond musical selon le thème mis à l’honneur.


Travaillez-vous seule ou en équipe ?

J’ai toute une équipe autour de moi pour qui j’ai beaucoup de gratitude. Elle se compose de deux community managers, un mixeur, trois compositeurs et des graphistes. Ensemble, nous formons une équipe aux compétences diverses et complémentaires.


Comment préparez-vous la création d’une vidéo sur votre chaîne ?

Avant même parler de vidéo, c’est d’abord un travail avec le comédien ou la comédienne que je réalise. En amont, je demande un enregistrement de voix pour savoir avec quel poème elle pourrait s’assembler. Puis nous nous retrouvons chez moi pour parler du texte, je m’explique sur le contexte dans lequel j’ai écrit le poème, sur le sens que j’ai voulu donner au texte, sur les intentions que j’attends de la part du comédien ou de la comédienne. Nous faisons des enregistrements, en général autour de dix prises, ce qui dure en moyenne une heure et demie. Tout cela dépend aussi de la longueur du texte bien sûr.

Une fois que je suis satisfaite de la prise de son, je l’envoie à mon mixeur qui enlève les bruits intempestifs et les fréquences trop hautes ou trop basses.

Enfin, je monte la vidéo qui comprend un écran d’entrée
avec le nom du poème, puis son illustration, et un écran
de fin. Ensuite, un de mes compositeurs écrit une musique
pour la vidéo et j’envoie le tout à ma community manager, Valentine Jean, (photo ci-contre) qui réalise les sous-titres. C’est aussi  Valentine qui s’occupe des visuels de ma chaîne YouTube.


Avez-vous des limites dans votre créativité ?

Je ne connais pas le syndrome de la page blanche, j’ai au contraire la phobie de la page trop remplie. J’ai peur que cela ne soit pas assez concis, je travaille les images pour qu’elles reflètent le plus précisément ce que j’ai pensé ou imaginé.


Quelle est la suite pour la chaîne « Anne Sophie Toutain Poésie » ?

De nouvelles vidéos vont continuer de sortir tous les jeudis. Un poème lu par un comédien de la Comédie française, Jérôme Pouly sortira dans les prochains mois et celui-ci devrait être animé par des graphistes de l’École Émile Cohl à Lyon.

Mon but est d’être repérée par une maison d’édition afin de pouvoir publier mon premier recueil de poésie.

 

Quel est le mot d’ordre de votre poésie ?

L’audace !

 

Comment peut-on vous soutenir ?

Vous pouvez venir vous abonner à la chaîne YouTube, Instagram et Facebook.

Cette chaîne de poésie correspond à une de mes activités en parallèle. Étant étudiante, ce sont mes économies qui financent la chaîne, les illustrations notamment, le matériel d’enregistrement et les déplacements pour avoir la voix de personnes plus connues comme Jérôme Pouly (Comédien de la Comédie française). J’aimerais pouvoir rentabiliser autant que possible le temps que je passe sur les vidéos. Vous pouvez nous soutenir sur le site https://fr.tipeee.com/anne-sophie-toutain-poesie.
Merci !

 

Merci beaucoup Anne Sophie, un grand bravo pour votre talent et votre volonté. C’est un plaisir et un honneur pour Top-Topic de parler de votre créativité, créativité autant dans votre art pur que dans les stratégies déployées pour le faire rayonner.

Moi, parmi tous vos poèmes, je me passe en boucle Déception amoureuse. Une alchimie parfaite entre votre texte, touchant, poignant, proche, la voix de Juliette Donner, et la musique qui colle à la perfection avec votre phrasé.
2,22 minutes qui valent 20 pages de récit. 2,22 minutes suffisamment travaillées pour ressentir la souffrance amoureuse, vivre une histoire avec ses joies et  tristesses, et se projeter. Du grand art.

Pour en savoir plus sur Anne Sophie, les coordonnées sont en bas d’article.

 

Un autre poème d’Anne Sophie Toutain qui m’enchante : Balançoire. Tant de maîtrise pour nous faire passer de maintenant à l’enfance, de haut en bas, et nous faire ressentir l’oscillation, le vent, la griserie et une certaine ambivalence.  Toujours « sur » une voix parfaite, pour ce poème celle d’Alix Arbet.

 

 

Pour en savoir plus sur Anne Sophie Toutain
Facebook, lien
Youtube, lien