Top

L’Empereur des Boulevards, une réussite totale !

Retenez ces noms, dans quelques années vous me remercierez d’avoir attiré votre attention vers ces artistes qui seront au premier plan de l’actualité théâtrale nationale : L'Empereur des Boulevards
Alexandra Magin, Séverine Wolff, Mickaël Alabergère, Julien Antonini, Florian Dufosse, Julien Hammer, Kevin Maille, Olivier Schmidt. Et Justine Verdier ! (au piano)

Sous l’impulsion de Kevin Maille, ces trentenaires (plus, ou moins..) se sont regroupés en une troupe de théâtre dont le nom m’amuse toujours autant :
Les Joyeux de la Couronne.

Je vous avais déjà parlé d’eux à propos du « Monsieur Chasse » qu’ils ont monté à l’automne 2019 et qui, fort de son succès, se prolonge (banco) dans une salle plus grande (banco bis), au Théo Théâtre de Paris (15è arrdt).
Aujourd’hui, je suis heureuse de braquer de nouveau mes modestes projecteurs vers leur travail. Car non contents de cartonner avec ce Monsieur Chasse, qui leur a permis d’ailleurs de rafler quelques P’tits Molières en décembre dernier, ils se sont lancés dans une nouvelle production sous la houlette de leur auteur / metteur en scène Olivier Schmidt.

L'Empereur des Boulevards

 

Cette nouvelle production, c’est L’Empereur des Boulevards, biopic musical – mais pas que – sur Georges Feydeau, maître incontesté du vaudeville.
Ah le vaudeville ! Un genre suranné lorsqu’il est mal écrit, mal mis en scène, mal joué ;  mais pur plaisir intemporel lorsqu’il émane de l’imagination de cet auteur, indémodable, incroyablement contemporain, et qu’il est servi par des professionnels talentueux.

Alors vient donc le moment de mettre les choses au point :  je n’ai aucun lien amical, familial ni même de voisinage avec qui que ce soit de la Compagnie les Joyeux de la Couronne. Et oui je vais encore être dithyrambique. Tout simplement parce que je suis baba devant des gens qui « font tout si bien ».

Déjà, l‘écriture ! Résumer en 80 minutes la vie mouvementée de Feydeau, « fallait le faire ». Bravo pour les ellipses et les trouvailles qui nous permettent de suivre en si peu de temps ce parcours jalonné de rencontres, d’échecs, de succès, d’errements… depuis le temps du lycée jusqu’à la mort de Georges. J’étais à 1000 lieux de me douter des hauts et bas qui ont façonné sa vie et son caractère.

L'Empereur des Boulevards

La mise en scène. L’Empereur des Boulevards se joue dans un tout petit théâtre de quartier, (la salle Belleville de La Croisée des Chemins – 50 places), où l’espace est compté. Et pourtant, nous sommes emmenés dans de multiples lieux, à différentes époques, par un savant truchement de rideaux et d’accessoires, pour une profusion de tableaux qui s’enchaînent à toute vitesse. Ils replacent Feydeau dans l’actualité théâtrale du moment, avec Sacha Guitry, Raimu, Eugène Labiche, Yvonne Printemps, Sarah Bernhardt… eux aussi incarnés par les comédiens sus-cités (imaginez les changements de costumes / perruques / accessoires…)

 

L'Empereur des Boulevards

 

Les costumes. Eux aussi s’enfilent et se retirent (en coulisses !) à toute vitesse pour servir tous les personnages interprétés dans cette pièce. Et quelle beauté !
« De la belle ouvrage » au service du réalisme et qui apporte un vrai plus à la pièce.

Les chants et danses. Euh ? pour le french cancan, Mesdemoiselles Magin et Wolff, vous nous direz comment vous faites pour revenir sur scène si peu essoufflées quelques minutes après votre prestation de folie.

 

Et puis, et puis… l’osmose d’une troupe qui semble soudée.  Et je pensais, en rentrant chez moi, L'Empereur des Boulevards
certainement mue par l’humilité qui lui permet de douter encore et de donner le max.
Ce qui m’amène à la dernière composante de ce qui fait à mes yeux tous le sel de ce spectacle :
des comédiens particulièrement talentueux, polyvalents, généreux entre eux
et entièrement tendus vers le bonheur, le régal, à donner au public.

Lisez les critiques sur Billet Reduc, vous verrez que je ne délire pas et que d’autres pensent comme moi !

Bon spectacle !

 

L'Empereur des Boulevards

L’Empereur des Boulevards est déjà éligible aux prochains P’tits Molières !!!

Infos pratiques :

Les Samedis à 19h et dimanches à 17h jusqu’au 8 mars 2020. L'Empereur des Boulevards
Durée : 1h20

Salle Belleville du Théâtre La Croisée des Chemins – 120 bis rue Haxo – Paris 19è – 
Métro Télégraphe (rapide depuis République) – 4 mn à pied entre le métro et la salle.

Bon ok, il y a juste un petit bémol…. pas de toilettes facilement accessibles dans ce tout petit théâtre
(vous verrez, c’est mignon, niché au coeur d’un grand ensemble d’immeubles).
Prenez vos précautions avant… la brasserie à la sortie du métro est très sympa pour une
pause technique, et le croque-monsieur à 10€ fondant à souhait.

Réservations sur le site du Théâtre (Lien ici) ou sur BilletReduc (Lien)

Mon article sur le Monsieur Chasse des Joyeux de la couronne ICI

Leur page Facebook