Primo Levi, pour les ados

Je vous laisse découvrir ci-dessous le billet de Nathalie Riché à propos de la BD « Primo Levi », de Matteo Mastragostino et Alessandro Ranghiasci.
Destiné aux lecteurs à partir de 11 ans, cet ouvrage met en scène l’écrivain lorsqu’il témoignait de sa captivité dans l’enfer des camps de concentration.
116 p., Steinkis, 16 €

PRIMO LEVI

Comment transmettre le message de Primo Levi à de jeunes adolescents ? C’est l’objectif de cette bande dessinée très réussie, signée Matteo Mastragostino et Alessandro Ranghiasci, qui met en scène un Primo Levi venant témoigner auprès d’enfants dans une classe, comme il le fit à maintes reprises.

« Combien de fois je les ai écrits…
Ils me sont apparus dans tellement de cauchemars !
Un… sept…. Quatre…
Vous savez, les enfants, quand j’avais votre âge, j’aimais beaucoup les chiffres…
Cinq… un… et enfin sept.
Mais je ne pouvais pas imaginer que j’allais en porter six sur le bras toute la vie.»

Le scénariste italien Matteo Mastragostino se souvient de l’annonce de la mort de Primo Levi, et le choc que ce fut pour lui. Il était pourtant encore un enfant lorsque l’écrivain se donna la mort, il y a maintenant un peu plus de trente ans.

Matteo Mastragostino a voulu transmettre à son tour le message de cet infatigable témoin de l’enfer des camps. Il imagine ici, à partir des textes de Levi et de tous ceux qui ont écrit sur lui, l’homme venant témoigner dans une classe, comme il le fit à maintes reprises. Le Primo Levi que l’auteur aurait aimé rencontrer raconte à des enfants d’une dizaine d’années son expérience du lager. Car cet infatigable témoin se déplaça dans plus d’une centaine d’écoles pour transmettre son message.

« J’ai été élève de cette école il y a bien longtemps. J’ai été chimiste, et je crois l’être encore. Je suis écrivain, en tout cas c’est ce qu’on dit. Et je suis un juif rescapé d’Auschwitz. Je le serai jusqu’à la fin de ma vie. »

La suite du billet de Nathalie, à lire ici

Comments are closed.