Dans la forêt de Hokkaido

En cette belle rentrée, Nathalie Riché nous assure du… 

…Suspense assuré pour le dernier roman d’Éric Pessan, « Dans la Forêt de Hokkaido » nimbé de fantastique. Cet ouvrage conte l’incroyable expérience empathique entre une adolescente française et un enfant japonais, perdu au milieu d’une forêt où les ours rôdent. Intense.

dans la forêt de Hokkaido

« J’ai poussé un long cri, très long, un cri terrible qui n’en finissait plus de jaillir de ma gorge, de monter dans mon ventre, de naître de ma peur, un cri qui charriait la douleur, la terreur et l’incompréhension, un cri d’impuissance aussi, comme un appel au secours, comme quelque chose qui se casse et qui ne pourra jamais se réparer (…)
J’ai hurlé, hurlé, et quand la porte de ma chambre s’est ouverte d’un coup, j’étais assise dans mon lit, la couette rejetée, et je criais obstinément dans le noir (…)
Le cri était né dans mon rêve. »

Julie, une ado de quinze ans se réveille d’un cauchemar étrangement réel. Un petit garçon a été abandonné dans une forêt au nord du Japon. Ses parents l’ont laissé sur le bord de la route et l’enfant, désemparé, s’est mis à courir loin à travers bois.

Le rêve est si réaliste qu’il déstabilise Julie. Elle a le sentiment que ce petit garçon existe en vrai, qu’il a besoin d’elle. Mais au-delà de ça, elle EST le garçon. Elle se trouve dans la forêt à sa place, elle vient d’être abandonnée. Elle est connectée à lui dans son sommeil. Ce rêve est si présent qu’il l’épouvante. Pourtant Julie n’a qu’une envie, se recoucher, retrouver le sommeil et le rêve. Tenter de comprendre ce qui arrive à l’enfant. Faire l’impossible pour l’aider. Car en rêve, Julie peut interagir avec lui à chaque instant, l’influencer, tenter de sauver sa peau. Pourtant il se trouve à près de 10 000 kilomètres de distance ! Quelle folie, quelle responsabilité qu’elle garde bien secrète. De toute façon, personne ne la croirait. Sauf Elliot.

eric pessan

Eric Pessan, auteur

La suite de la chronique de Nathalie sur l’Express.fr est à lire ici !

 

 

Comments are closed.