Archive for Author Sophie

Juliane Grospiron, grain de fantaisie sur le web

RENCONTRE AVEC JULIANE GROSPIRON,
grain de fantaisie sur la toile !

 

 La vie est marrante. Pleine de coïncidences. Moi, les coïncidences qui aboutissent à des rencontres je les appelle des téléscopages.

« t’es sûr qu’on est mardi ? » – Voutch  (Le Cherche-Midi)

Dernier téléscopage en date :  me replonger avec délice dans les dessins de Voutch, à l’occasion de la sortie de son dernier album « T’es sûr qu’on est mardi ? », ET découvrir en parallèle   « La Fantaisie du Lundi ».  

Réalisée et jouée par son auteur Juliane Grospiron, cette web série est diffusée depuis un peu plus de 2 ans, toutes les semaines, sur Facebook et Youtube. Et le ton de cette Fantaisie me fait justement beaucoup penser à Voutch.
C’est court – une fantaisie peut durer seulement 15 secondes et aucune ne dépasse 1mn 30 – c’est incisif, l’éclat de rire fuse alors que le verbal est minimal. Tous comme les dessins de Voutch, qui en une image et une phrase résument l’absurde d’une situation, ou en font ressortir le comique, en creux.

 

Juliane Grospiron, – La Fantaisie du Lundi

Juliane Grospiron est fan d’Albert Dupontel. Moi aussi… alignement dans les coïncidences. Mais au-delà de l’anecdote on comprend ; car dans ses longs métrages, Dupontel cherche aussi l’économie d’artifices qui n’empêche pas, bien au contraire, le rire.

Autre alignement, Juliane Grospiron me fait penser à Sandrine Kiberlain, merveilleusement dirigée par ce même Dupontel dans « 9 mois ferme », film dans lequel tous les deux excellaient à nous faire rire.

Dernier téléscopage :  alors que beaucoup de mes conversations amicales et familiales ont tourné ces derniers temps sur le système français d’éducation scolaire, Juliane Grospiron participe au Nikon Festival Film 2018 avec une réalisation de 2 mn (format maximal imposé) intitulé « Je suis trop jeune ». Juliane y filme sa fille, Isaure, 13 ans, criante de justesse et d’émotion, et dédie ce film « à tous les derniers de la classe du monde ».  A voir de toute urgence pour alimenter le débat.

 

Alors, alors, Top-Topic n’a pas résisté à en savoir plus !
Rencontre avec Juliane :
 

Top-Topic le Blog : Bonjour Juliane. Pour camper le personnage,  Top-Topic est assez « famille »,  quelques infos sur vous ?

Juliane Grospiron : j’ai 44 ans, j’ai 3 enfants, je suis très citadine mais j’ai besoin de vert le week-end.

 

TTLB : Parle-t-on de Fantaisie ou de Leçon du Lundi ?  Il y a eu un changement de nom. 

 JG : oui, j’ai changé cette année parce que la « fantaisie » convenait mieux à mes films, ils font sourire et c’est ce que je cherche (plus qu’à donner des leçons !)

 

TTLB :  Votre activité professionnelle a elle-même rapport à l’image ?

JG : je travaille depuis des années avec mon frère qui a une agence de design, Malherbe Paris, et je m’occupe de sa communication visuelle. J’ai beaucoup appris avec lui, notamment sur l’importance du cadre et de l’image.

 

TTLB : La Fantaisie : un trop-plein de créativité à exprimer ?

JG : J’avais besoin de faire quelque chose à moi, sans clients ni contraintes. Et le partager !

 

 TTLB : une Fantaisie chaque lundi, comment tenez-vous ce rythme ?

JG : c’est une gymnastique. Je gère ça beaucoup mieux qu’il y a 2 ans. Mais ça reste compliqué et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle c’est  parfois inégal. C’est l’idée qui est très compliquée à trouver, le reste est assez simple.

 

TTLB : Quand il n’y a pas de trucages !  Comme on peut le voir dans  « Dans Amour il y a Moore ».

JG : j’ai tout appris dans les livres et surtout, comme j’ai peu (pas) de moyens je fais tout en système D. Le trucage ne prend pas plus de temps !

 

TTLB : A la différence d’autres humoristes de plus de 35 ans, qui font rire de leurs déboires de mamans overbookées la tête dans le guidon, se dégage de vous une idée de « nez en l’air », humant l’air du temps pour en restituer en condensé les travers et les dérives.  Etait-ce cela votre moteur pour lancer la Fantaisie ?

Avant de vous laisser répondre, je bémolise ma (longue !) question en signalant la Fantaisie « Charge Mentale » (avec trucage aussi, le fond défilant….)

JG : Il est évident que je me sers de mes expériences personnelles. La vie est compliquée mais si vous faites un pas de côté, vous pouvez rire de tout (c’est souvent ça qui fait tenir)

 

TTLB : Qu’est-ce qui vous amuse en ce moment ? 

JG : alors là je suis sèche. Il fait gris et froid, je m’habille comme un sac parce que j’ai froid, les jours sont trop courts depuis trop longtemps, je suis en plein dossiers pour les inscriptions d’écoles, les vacances sont loin, enfin bon j’arrête là !

 

TTLB : Est qu’est-ce qui vous agace ? 

JG : On en revient à ma réponse précédente ! A part l’éducation nationale, rien ne m’agace vraiment, je ne suis pas quelqu’un d’agacé.

 

TTLB : Revenons-en à la Fantaisie. Comment se passe un tournage ? Avec ou sans aide d’un tiers, ne serait-ce que derrière la caméra ?

JG : Je suis presque toujours seule, je demande parfois à mes enfants de tenir la caméra.

 

TTLB : Véronique Gallo* a commencé sur Youtube après 35 ans. Elle est actuellement pour 4 mois sur scène à Paris, après une tournée, tout en étant auteur et sujet de la pastille « Vie de Mère » sur Téva.
Avez-vous aussi des « ambitions » pour la Fantaisie ? Ou de sortir de la Fantaisie pour d’autres projets ?

 JG : j’aime beaucoup ce que fait Véronique Gallo, je trouve qu’elle a beaucoup de talent et ses textes sont très justes, elle a un vrai style et je la trouve sympathique. Je n’avais pas d’ambition particulière quand j’ai commencé mes vidéos et je suis peu attirée par la scène : m’exposer reste très compliqué, je préfère me planquer derrière une camera ! En revanche, la TV pourquoi pas. C’est en cours.

 

TTLB : Qu’attendez-vous de votre participation au Nikon film Festival ?

JG : Je ne m’attends jamais à grand chose mais en revanche je le fais, ça paie toujours. Je pense qu’on ne gagne pas de concours avec de la comédie alors j’ai pris un sujet qui me tenait à cœur. J’ai été mauvaise élève et j’en ai beaucoup souffert. 30 ans après, ma fille est dans le même cas et rien n’a changé. J’ai eu beaucoup de témoignages de gens dans mon cas, rien que ça c’est bien.

TTLB : Merci Juliane ! A lundi sur Youtube et Facebook !

Retrouvez Juliane sur
. Facebook
. Youtube
.  ou sur son site http://www.juliane.me/ Dans ce cas la vidéo sur laquelle vous aurez cliqué pour la visionner s’affichera en bas de page.

 

N’oubliez pas de la soutenir avant le 24 janvier 2018 pour le Nikon Film Festival, afin que sa création ait plus de chances d’être ensuite retenue par le jury, composé notamment d’Emmanuelle Bercot, Guillemette Odicino, Marie Gillain, Elisha Karmintz, Pierre Niney…

 

Pour clore ce billet, 2 Fantaisies du Lundi parmi mes préférées :

Ah ce rire d’ado ! Ah la chute….!

 

Mais il y en a tellement d’autres !  Regardez Joyeuses Pâques (n° 65 sur le site), Halloween (n° 47), la n° 3 (aux toilettes…). Bref, regardez-les toutes !

(*Retrouvez les interviews de Véronique Gallo de 2017 et 2016)


 

Les Loyautés, Delphine de Vigan

En lisant (d’une traite) « Les Loyautés », Nathalie Riché a pensé à chaque page que ce nouveau roman de Delphine de Vigan pouvait aussi captiver les ados ! Sa chronique :

 

Delphine de Vigan renoue avec le style de ses précédents romans, Les Heures souterraines ou No et moi. Avec Les Loyautés, roman sobre et puissant à la fois, elle explore les failles de l’enfance et touchera un large public, au premier chef, celui des grands adolescents.

 

 

« J’ai pensé que le gamin était maltraité, j’y ai pensé très vite, peut-être pas les premiers jours mais pas longtemps après la rentrée, c’était quelque chose dans la façon de se tenir, de se soustraire au regard, je connais ça, je connais ça par cœur, une manière de se fondre dans le décor, de se laisser traverser par la lumière. Sauf qu’avec moi, ça ne marche pas. Les coups je les ai reçus quand j’étais gosse et les marques je les ai cachées jusqu’au bout, alors à moi on ne la fait pas. »

Hélène, prof de SVT dans un collège parisien, remarque l’attitude étrange d’un de ses élèves de 5e. Une sensation de déjà vu, une empathie intuitive lui dicte que quelque chose cloche chez Théo Lubin. Mais quoi ? Dans les cours qu’elle donne aux 5e B, tout son esprit est tendu vers ce gosse-là, pour tenter de déceler pourquoi son instinct est en alerte. Bien sûr, elle songe à son propre démon, la maltraitance, mais rien ne perce. Pourtant les signes avant-coureurs de décrochage sont là. Elle en parle à d’autres profs, au proviseur… Mais que faire sans preuves ? Le collège n’a pas réponse pour ça. Pourtant, ça la taraude, ça ne la lâche pas… Que faire d’une intuition, à part en faire trop et tomber dans une impasse ?

A douze ans, Théo est un gosse relativement transparent, « silencieux » d’après ses camarades. Hélène semble la seule à avoir perçu qu’il glisse gentiment sur une pente qui peut devenir fatale.
En réalité, Théo boit en cachette des litres d’alcool dans l’enceinte du collège. C’est d’abord un réconfort, se faire des sensations, oublier sa vie, c’est aussi un jeu excitant de braver l’interdit. Il entraîne son unique copain Mathis dans son délire. Mais où s’arrête le jeu quand on en vient à se faire vraiment peur ? Car pour Théo, boire n’est plus un jeu. La vie est un grand malaise coupé en deux pour ce jeune garçon livré à lui-même dont les parents divorcés ne communiquent plus. Il vit en garde alternée une semaine sur deux chez le père et la mère sans que nul ne sache quoi que ce soit des semaines passées chez le père… sauf peut-être Mathis.

La suite de la chronique et les références du livre c’est ici. !

Nos Vacances, de Blexbolex

Nathalie Riché nous fait commencer très joliment 2018 en livrant son dernier coup de coeur : « Nos Vacances » de Blexbolex, Pépite d’Or au dernier Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil – Album publié chez Albin Michel Jeunesse, à partir de 6 ans.

Couronnée de la Pépite d’Or au dernier Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, le nouvel album de Blexbolex, Nos vacances, est un petit chef d’œuvre d’inventivité et de virtuosité qui remue nos émotions. Déjà classique.

Couverture Nos vacances Blexbolex

 

Quel magicien ce Blexbolex !
On ouvre toujours un de ses albums comme un cadeau précieux. Avec ses promesses de rêve, de cocon familier et aussi quelque chose de fragile qui pourrait nous échapper ou nous ravir, selon le temps qu’on y consacre. Car un album de Blexbolex attend patiemment son lecteur. On se souvient de Romance, album déjà récompensé d’une Pépite en 2013, la Pépite « Ovni », parce qu’il ne ressemblait déjà à rien de connu.

Il faut prendre son temps pour goûter toute l’originalité de Nos vacances. Quand on l’ouvre, il fleure bon le grain des vieux illustrés de grand-mère, une imagerie des années 60, et en même temps s’y mêle quelque chose de terriblement contemporain. Car malgré ses airs de sérigraphie, le livre est réalisé à la palette graphique.

 

 Nos vacances Blexbolex

 

Mais comment fait-il ? Pour réussir ce traitement si particulier, cette mise en scène, ce dynamisme dans l’histoire. Il y a quelque chose d’un peu mystérieux pour réussir cet équilibre savant. L’ingrédient indispensable dans la grammaire visuelle de Bernard Granger, alias Blexbolex, c’est le mouvement permanent. En feuilletant l’album qu’on lira et relira maintes fois, on a l’impression que se déroule sous nos yeux un film muet avec ses trains qui défilent à toute vitesse, ses chapeaux qui s’envolent, ses personnages qui traversent les pages, et entre eux, le temps qui s’étire.Les plans se succèdent, plan larges ou rapprochés, vignettes multiples qui enchaînent l’action ou brouillent nos pistes, déroulant une bobine avec plusieurs séquences dans la même page, comme autant de perspectives.

Pas un mot dans cet album. Du silence, du temps vide comme seules savent les fabriquer les vacances. Chacun se racontera son histoire en s’identifiant à l’un ou l’autre personnage. Ce qui frappe au premier abord, c’est ce titre Nos vacances, une promesse heureuse et solaire que vient contredire de suite une forêt au parfum d’automne, des champs de paille jaunis et un ciel bleu-gris chargé de fin d’été. Le ton est donné, ces vacances-là n’auront pas la saveur de la légèreté.

 

 Nos vacances Blexbolex

Une merveille, une vraie merveille !

 

La suite de la chronique…, et une interview de Blexbolex !


 

 

 

Une histoire d’amour, de Gilles Bachelet

La nouvelle chronique de Nathalie Riché, dont on se dit que le sujet est tellement drôlement traité qu’il pourrait faire l’objet d’un cadeau clin d’oeil même aux (beaucoup) plus grands que les « lecteurs jeunesse »

 

Il n’est jamais trop tard pour offrir des albums. Allez, un petit dernier à glisser sous le sapin : Une Histoire d’amour. Ce petit bijou d’humour signé de l’inénarrable Gilles Bachelet, raconte la love story hilarante de deux gants Mapa. Une histoire pas en toc !

« Cupidon le petit dieu joufflu de l’amour, envoie ses flèches où bon lui semble. Certaines, parfois atteignent le cœur de personnages remarquables et provoquent des histoires pleines de passions et de drames qui font les grands romans et les films en cinémascope. Mais la plupart viennent toucher le cœur des gens ordinaires et sont à l’origine de mille et mille histoires toutes belles, mais toutes simples, telles que l’histoire de Georges et Josette. »

Gilles Bachelet adore détourner les mots et les personnages. Souvenez-vous de son Chat le plus bête du monde (un gros éléphant benêt) ou encore de ce Champignon au drôle de chapeau qui se prenait pour Bonaparte, sans oublier l’hilarant Chevalier de Ventre-à-Terre qui partait au combat à la vitesse de l’escargot ou encore sa plus belle héroïne, Madame le Lapin blanc, personnage négligé par Lewis Caroll et réhabilité haut la patte par Sieur Bachelet ! Cette fois, l’auteur-illustrateur bat tous les records de l’humour décalé en nous faisons littéralement vibrer pour une histoire d’amour entre… deux gants Mappa ! Il fallait oser.

Une histoire qui lui va comme un gant ? C’est peu de le dire. Car le récit fonctionne à plein, un gant mâle et jaune en pince pour une gente et rose femelle à la jolie plastique, championne de natation synchronisée. Un regard, et c’est le coup de foudre ! Ils se rencontrent évidement à la piscine (l’évier de la cuisine), pique-niquent à la campagne (le balcon aux géraniums) et partent en voyage de noce sur un bibelot du salon en forme de gondole vénitienne.

Artificiel ? Pas du tout. Ces deux-là s’aiment ferme et sous nos yeux ébahis, c’est une vie entière qui se déroule, avec ses joies, ses peines et la nostalgie du temps qui passe : Georges joue la romance, passoire-guitare en main, offre à Josette un fox-terrier (une mini brosse !) ; ensemble, ils auront des tas de bébés, mais casseront aussi un peu la vaisselle et pas seulement en la faisant…

La suite de la chronique…

Top-Topic emballé par Tip Tongue !

Tip Tongue, des romans jeunesse tip-top sur Top-Topic !

 

Non je ne vous propose pas un exercice de diction. Quoique. De diction étrangère un peu. Pourquoi ? Parce que la collection Tip Tongue des éditions Syros dont je vais vous parler, c’est un moyen astucieux pour immerger les enfants de 8 à 16 ans dans une langue étrangère.
Et en utilisant le terme « immerger », je prends la bonne image, car il s’agit de faire partir  les jeunes lecteurs du « tout en français » au début du roman, jusqu’à un dernier chapitre entièrement en allemand, anglais ou espagnol.

 

 

Selon le niveau de chaque roman, dès 8 ans,  10 ans,  12 ans, (à moduler plutôt en fonction des aptitudes de votre enfant), le héros ou l’héroïne parle un peu, très peu, ou pas du tout la langue étrangère. Et pour élucider l’histoire dans laquelle il est embarqué, il doit décrypter la langue des gens qui l’entourent.

 

🔰

. Au début du roman, la langue étrangère se trouve seulement dans les dialogues, puis elle entre petit à petit dans la narration.

. Le lecteur suit grâce aux nombreuses stratégies de compréhension mises en place par les personnages : synonymes, reformulations, références très connues

. Le dernier chapitre est à 100 % en anglais, ou allemand, ou espagnol

 

Un exemple, example, beispiel, ejamplo  ? 

Extrait de « Peter et le mystère du Headless Man » – auteur : Stéphanie Benson

« L’hôtesse de l’air fit signer un papier à Sally, sa tante, puis il se retrouva dans les bras de celle-ci. Il essaya de lui faire la bise comme en France, mais apparemment elle ne savait pas trop comment s’y prendre. Son oncle Bob lui tendit la main, comme à un homme, et ses cousines lui sourirent.
– Welcome to England, Peter, dit Bob pour lui souhaiter la bienvenue.
– Thank you, murmura Pierre, gêné.
Son oncle était un homme impressionnant, grand et bronzé, avec des yeux bleus et une dent en or.
– We’re very happy to have you, dit Sally en souriant, elle aussi.
– Thank you, répéta Pierre en se disant que son vocabulaire était un peu limité. »

et, plus loin dans l’histoire : 

« Stop trying to scare him, dit la mère des filles, et cette fois, comme elle avait déjà utilisé ce mot, Pierre osa demander du vocabulaire :
– What’s scare ?
Scare. You know, frighten brrr ! dit Alison en faisant une grimace horrible et en tendant les mains comme si elle voulait l’étrangler.  Like Scary Movie. You’re not scared of ghosts, are you ? »

D’un autre livre :

« Valentin et les Scottish Secret Agents » de Claudine Aubrun et Stéphanie Benson :

« – Valentin, do you know who Walter Scott is ? He’s a poet.
Puis, comme si Shona devinait que j’étais bien tenté d’aller faire un tour dehors, elle m’a demandé :
–  Do you want to go and see the Scott Monument now ?
Aller voir le monument maintenant ? J’en mourrais d’envie mais sans les adultes bien sûr ! Comment dire ça ? J’ai tenté :
– Not with Aunt Agnès ?
– You want us to go alone ? Okay, it’s two minutes away. I’ll just tell Mum. Follow me ! »

 

S’ouvrir à la langue, mais aussi à la culture du pays

En lisant les romans de la collection Tip Tongue, le lecteur découvre les modes de vie des habitants d’un autre pays, et enregistre des faits culturels, l’air de rien.
Par exemple, Hannah revient sur l’histoire des troubles entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, tout en explorant le folklore irlandais à travers la figure mythologique du Leprechaun.
Alex nous entraîne sur les lieux emblématiques de New York,  revisite l’histoire de l’art et des artistes américains, et nous explique les règles du baseball.
Ou encore, Martin invite à la découverte du paysage et du patrimoine allemands  (Mittenwald, Heidelbert) et fait revivre Meister Floh, célèbre personnage d’un conte d’Hoffmann..

Le plus vraiment plus ! L’audio-book

Chaque titre Tip Tongue offre une version intégrale audio rechargeable. Un vrai bain de langue, belle occasion pour le lecteur d’entendre des accents très différents selon les pays, et de découvrir comment se prononce un mot en langue étrangère au moment où il le lit !

Extrait de « Lucas et la Chick Team » – auteur Maïté Bernard
 » – We’re going to have a drink, les informèrent Ben et Sarah. Do you guys want to come along ?
Lucas n’était pas peu fier d’avoir compris qu’ils étaient invités à prendre un verre. Certes, les mots étaient basiques, mais la prononciation si américaine avait donné quelque chose comme « Dyu guys wanna comalong ? »

Les versions audio se chargent gratuitement et très facilement depuis une page dédiée sur le site des Editions Syros.

 

Vu au Salon du Livre de Montreuil

J’ai découvert cette collection qui me semble géniale au dernier Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil. C’est en parcourant longuement différents exemplaires que j’ai eu un coup de cœur. Pépito et Pépette, mes loulous n’ont pas encore testé. Ils vont en découvrir des opus sous le sapin.  Mais je ne doute pas du bien fondé de mes cadeaux, qui ne peuvent que leur faire du bien pour améliorer leur anglais et allemand.

Et entre nous, vous verrez ci-dessous, le prix est très raisonnable (version audio incluse)

En pratique : 

Niveau introductif – dès le CE2 / CM1 / CM2 – 80 pages – 6 titres en anglais*
illustrations N/B de Julien Castanié – 6,40 €

Niveau découverte – dès le CM2 / 6ème / 5ème – 96 à 112 pages – 5 titres en anglais, 2 en allemand*
Illustrations N/B de Julien Castanié ou Pierre-Yves Cézard – 6,95 €

Niveau intermédiaire – dès la 5ème / 4ème / 3ème – 112 à 128 pages – 6 titres en anglais, 2 en allemand, 3 en espagnol*
Illustrations N/B de Julien Castanié ou Pierre-Yves Cézard ou Clément Rizzo – 6,95 €

Niveau seuil – dès la 3ème / 2de / 1ère – 160 à 176 pages – 3 titres en anglais*
Illustrations des couverture Anne-Lise Nalin – 6,95 €

*pour l’instant

en vente sur Amazon

FACEBOOK des éditions Syros


 

Véronique Gallo, Interview avant la scène à Paris !

Veronique Gallo
et 
« The One Mother Show – Vie de Mère »
enfin à Paris !

L’humoriste belge s’installe pour au moins 4 mois à Paris, de quoi se réjouir ! Les inconditionnels vont se régaler, et ceux qui ne la connaissent pas encore vont comprendre le pourquoi du comment de l’engouement grandissant autour de cette artiste multi-facettes. 

Véronique Gallo - crédit Arié Elmaleh

l’humoriste Véronique Gallo – crédit photo Arié Elmaleh

Top Topic Le Blog  – Bonjour Véronique Gallo, que de choses dans votre actualité depuis 18 mois ! C’est-à-dire depuis le précédent entretien que vous aviez gentiment accordé à Top-Topic, nouvel arrivant dans la blogosphère*. 

Récapitulons :
A cette période, avril 2016,  vous partiez en tournée avec Catherine Decrolier et Jean-François Breuer pour votre pièce « Chacun sa place ». 

Vous étiez aussi dans l’écriture de « Vie de Mère » pour la scène, tout en laissant filtrer qu’une possibilité de retrouver sa transposition en quotidienne TV était dans les tuyaux.
Quelques mois plus tard : « Vie de Mère » cartonne effectivement  sur TEVA tous les soirs. Et côté scène, le spectacle, devenu « The One Mother Show » est déjà passé par Avignon (pendant le festival, gros succès !), Nantes, Lille, Aix, Lagny-sur-Marne, Moret-sur-Loing, Marseille pour la France, et partout en Belgique.

ET !  Vous arrivez à Paris pour régaler votre public du jeudi au dimanche au Théâtre des Mathurins, de janvier à avril prochains.

Première question : comment vous sentez-vous après ce marathon de l’écriture, des tournées, des tournages, et certainement beaucoup d’émotions ? Et avant 4 mois – au moins – aux Mathurins ?

Véronique Gallo : Je me sens pleine de joie ! J’ai l’impression d’être une agricultrice qui a travaillé la terre pendant des mois et qui voit ses légumes pousser ! Tout ce que je vis, que ce soit avec la série sur Téva ou le spectacle me remplit de gratitude… Et je suis un peu fatiguée… Mais juste un peu (sourire)

 

 TTLB : La perspective d’être sur scène à Paris provoque-t-elle un sentiment particulier ? Excitation accrue ? Plus de trac ?

Véronique : C’est très émouvant pour moi, petite belge qui habite en Province, de réaliser ce rêve de venir jouer à Paris. Et surtout de venir jouer dans de bonnes conditions, avec une équipe extraordinaire autour de moi et un théâtre que j’aime tant. Il n’y a pas de trac particulier parce que c’est une vraie chance d’arriver à Paris avec un spectacle qui a déjà presque 100 représentations derrière lui, du coup, ça me donne une forme de lâcher-prise qui fait que je vais prendre un maximum de plaisir à jouer 5 fois par semaine sur 4 jours dans Paris !

TTLB : Imaginons un ou une internaute qui ne vous connaisse pas encore. En quelque mots, comment lui définiriez-vous  » the One Mother Show » ?

Au Théâtre des Mathurins dès janvier 2018

 

Véronique : C’est un spectacle drôle sur la

vraie vie des mamans, leurs doutes, leurs

pétages de plomb et sur ce huit aérien

émotionnel que provoque le fait d’être parent.

C’est un reflet de la vraie vie, avec un

personnage qui a 4 enfants, un Bertrand et un

chien qui pisse partout, bref, c’est rempli

d’amour et d’humour !

 

 

 

 

 

TTLB : Et « Vie de Mère » sur TEVA ?

Véronique : Là, c’est le même personnage que dans le spectacle et c’est un  condensé en 3 minutes 30 sur une thématique bien précise (les soldes, la tétine, les devoirs)

 

Véronique gallo tous les soirs sur Téva à 20h40

 

TTLB : Que dire aux hommes qui pourraient réduire « The One Mother Show » à un spectacle d’une femme pour des femmes ?

VG : Qu’ils se trompent ! C’est un spectacle qui s’adresse aux parents par le prisme du point de vue d’une maman mais les « Bertrand » qui sortent du show me disent tous qu’ils y ont vu leur vie aussi !

 

TTLB : Suivez-vous une préparation particulière, mentale ou physique, avant de monter sur scène ?

Véronique et Kev Adams qui la produit. A l’avant-première de Vie de Mère sur Téva

VG : Oui, j’ai un coach sportif qui me suit depuis la création du spectacle. Le spectacle est assez physique et je n’ai plus 20 ans ! Et puis surtout, c’est important de bien entretenir mon corps qui est devenu mon outil de travail… Au niveau mental, personne ne me suit mais j’ai eu la chance de faire un travail incroyable de 2 ans avec un moine zen en 2013 et j’applique encore tous les jours tout ce qu’il m’a enseigné. Je me sens très accompagnée par ma production aussi (Adams Family et My Family), mon régisseur (Renaud Dechanet) et mes metteurs en scène (Amandine Letawe et Jean Lambert).

 

TTLB : Avez-vous une manie, un tic,  juste avant le lever du rideau ?

VG : Oui j’ai toujours avec moi mon Labello 😉 C’est con mais je m’en mets jusqu’à 5-6 fois avant de monter sur scène alors que je n’en ai pas besoin. Mais j’adore ce petit moment magique 5 minutes avant le début. J’entends la pulsation du public et c’est juste incroyable. Je me dis souvent que c’est un peu comme avant un saut en parachute.

 

TTLB : En suivant votre parcours, l‘expression « boule de neige » prend tout son sens : les gens parlent beaucoup de vous entre eux, le public amène le public, vos réseaux sociaux enflent à vue d’œil. Arrivez-vous à suivre personnellement ?

Véronique : Je ne vais pas mentir, j’ai un agenda qui s’est transformé en agenda de ministre ! J’ai un peu plus de mal à répondre à tout le monde mais j’essaie quand même ! c’est tellement touchant que les gens prennent de leur temps pour se déplacer ou m’écrire. Je dois tout à ce bouche-à-oreilles qui ne cesse de croître et je ne les remercierai jamais assez. Et les mamans que je croise sont incroyables ! Et en même temps j’essaie de tenir compte de ma vie de Maman et je fais tout pour que la tournée « Vie de mère » ne soit pas source de larmes chez mes enfants. Donc c’est très structuré et quand je suis avec eux, je suis à fond avec eux. Comme le font les hôtesses de l’air, les médecins, les infirmières qui font les pauses et toutes celles qui ont des métiers atypiques. Et puis, surtout, vous savez, je suis bien entourée par ma famille et mes proches. j’ai beaucoup de chance.

crédit photo Arié Elmaleh

 

TTLB : Quel endroit allez-vous retrouver avec joie à Paris ? Boutique, restaurant, hôtel, monument, jardin public… ?

Véronique : Je vais retrouver plein d’endroits ! D’abord, le quartier de la Madeleine que j’adore et en plus c’est là qu’est le théâtre. Mais je ne me lasse pas de Paris et il y a encore tant de choses à découvrir! J’adore me promener en bord de Seine, aux Tuileries, dans le jardin du Luxembourg. Et puis il y a tellement de musées à voir encore ! Et je suis sûre que je ne manquerai pas de retourner au musée d’Orsay ou au musée Rodin que j’ai dû visiter déjà au moins 6 fois ! Quant aux restos, je ne suis pas difficile, moi dès qu’il y a un libanais ou un japonais je suis en joie donc… (rires)

TTLB : Top-Topic développe sa partie Littérature. Alors : quel(s) livre(s) lisez-vous actuellement ? Et lesquels conseillez-vous ou offrez-vous souvent ?

Véronique : J’adore Delphine de Vigan**, Véronique Olmi (Je crois que j’ai du offrir tous leurs livres à tous mes amis !) mais aussi Stephen King ou Frédéric Beigbeder en passant par Racine !  Et je lis beaucoup de développement personnel et des livres de spiritualité.  Je lis beaucoup moins maintenant car je manque de temps et ça me frustre un peu. Mais je peux passer de Virgine Despentes à François Mitterrand et ses « Lettres à Anne » avec la même émotion… Disons que je picore plus que je ne dévore aujourd’hui…

 

TTLB : J’en profite pour rappeler que vous êtes l’auteur de « Tout ce silence », publié chez Desclée de Brouwer, « topiquement » recommandé

couv livre tout ce silence

Un livre que Top-Topic a beaucoup aimé

Véronique : Oui, je vais revenir à l’écriture d’un roman. C’est une autre musiqueque celle du seule en scène ou des capsules. « Tout ce silence », qui n’est pas drôle et qui raconte le parcours de ma grand-mère italienne immigrée que j’accompagne dans son cancer des os (c’est du lourd, oui ;-), a été l’occasion de mettre des mots sur une expérience  qui m’a beaucoup transformée. Et c’est une écriture plus serrée, plus poétique. Je vais y revenir… Mais là, je suis prise par l’écriture scénaristique et je prends mon pied à créer de nouvelles histoires à raconter…

 

TTLB : Merci Véronique d’avoir accepté si gentiment d’être de nouveau disponible pour Top-Topic. Nous vous retrouverons avec joie au :

Théâtre des Mathurins / Site

36 rue des Mathurins – Paris 8

Métros Havre-Caumartin, Madeleine ou Saint-Lazare

Véronique Gallo y sera en scène pour THE ONE MOTHER SHOW Vie de Mère

à partir de jeudi 4 janvier et au moins jusqu’à fin avril :

Du jeudi au samedi à 21h00

Matinée le samedi à 17H00

Matinée le dimanche à 15H00

Tarif unique : 28 euros
Réservations :  01 42 65 90 00, du mardi au vendredi de 14h à 18h

Retrouvez aussi  Véronique tous les soirs sur Teva, à 20h40 dans VIE DE MERE, pastille humoristique de 3 mn 30, parfaite pour se détendre entre la journée de travail au bureau ou à la maison,  et la soirée, pas forcément de tout repos, les mamans savent de quoi je parle..

* L’interview de Véronique en avril 2016 et sa bio 

 ** Un très beau texte de Delphine de Vigan qu’elle avait confié à Top-Topic à son lancement
Site officiel de Véronique Gallo et sa page Facebook
 Vie de Mère, à retrouver sur YouTube 
Vie-de-mere-veronique-gallo
A lire aussi sur Top-Topic : Juliane Grospiron, qui nous fait rire chaque semaine avec sa web-série
 

🤶☘  C O N C O U R S… terminé… ☘🎅

Merci à Adams Family Productions qui offre 2 places (1 lot)
pour applaudir Véronique Gallo sur scène 

SAMEDI 6 JANVIER – 17 h

Pour participer au tirage au sort, il suffit :
. de liker et partager le post du concours sur la page Facebook de Top-Topic
. bonus supplémentaire pour les abonnés Instagram au compte Top-Topic (@toptopicleblogparis), leurs noms seront remis x 3 dans le tirage au sort !
Clôture mercredi 20 décembre à 20 h  – Le ou la gagnante sera contacté(e) de suite.
☘ Bonne chance et merci à tous de votre participation ! 💚

Droit aux enfants d’être dans la Lune !

Avez-vous déjà suivi un atelier d’astronomie en plein air avec vos enfants ? Je l’ai fait au bord de la mer en été avec mes loulous, quel bon moment !
Initiés et dirigés par des « amateurs » bénévoles qui mettent leurs temps, savoir, explications et lunettes d’astronomie à disposition des curieux à la nuit noire, ces rencontres permettent de semer des poussières d’étoiles dans les yeux des enfants.

Le joli coffret Nathan « Mon Coffret Montessori Astronomie »

Plus pratiquement, voici un coffret ludique pour les 5 à 10 ans à glisser au pied du sapin, en première approche de l’astronomie ou pour prolonger une initiation « sur le terrain ». 

Mon coffret Montessori astronomie – Nathan

 

Composition du coffret

🌓 un carnet des constellations, pour apprendre le Lion, le Cancer, Hercule, mais aussi le ciel d’été, le ciel de printemps… et l’explication pour utiliser la carte du ciel jointe

🌜 une carte du ciel

🌔 un livret d’astronomie reprenant toutes les planètes, leurs vitesses de rotation, les mouvements de la Terre

🌒 4 séries de cartes renseignées ou pas pour jouer suivant la méthode Montessori, avec l’autonomie dans la découverte, en principe de base (explications dans le livret d’astronomie). 60 cartes.

 

J’aime particulièrement :

⭐ la qualité des cartons et papier utilisés, gage de longue tenue, de quoi accompagner l’enfant ou la fratrie pour quelques années !

⭐ l’adaptabilité du coffret, aux 5 – 6 ans d’une part, aux 7 – 10 ans d’autre part, en fonction de la façon de l’utiliser

⭐ les informations données par les 2 livrets, compréhensibles par tous

Conçu par Eve Herrmann et Roberta Rocchi – Nathan – 22,90€ – 185x210x45 

En vente sur le site de Nathan

Dans le même sujet sur Top-Topic :  « Mini-Lunes maxi Pouvoirs », 

Miss Pook et les enfants de la Lune

Site conseillé : ludmilla.science, d’Annalisa Plaitano, médiatrice scientifique

 

🌞 CONCOURS  🌟

1 coffret à gagner avant Noël. Tout simple !

. être abonné à la page Facebook de Top-Topic

. Partager le post du concours

. 1 chance en plus (leur nom mis 2 fois dans le tirage au sort) pour ceux qui auront tagués des amis dans leur commentaire

Clôture jeudi 14 décembre 20h – résultat sur cette page et sur Facebook

Merci aux éditions Nathan pour leur aimable participation. 

Autres concours actuellement sur Top-Topic :
. Concours Livres de découverte du Monde
. 2000è abonné à la page Facebook de Top-Topic

 

5 livres pour faire aimer la géo aux enfants

Ne trouvez-vous pas que les enfants ont de plus en plus de mal à se repérer géographiquement ?
Autrefois, avec les cours de géographie assez classiques, et les cartes accrochées en permanence dans nos salles de cours, ça « s’imprimait » dans nos cerveaux. Et puis nous avions les cartes Michelin en papier. Dans ma famille, mon père me les passait, je devais le guider alors qu’il conduisait. J’apprenais ainsi la localisation des villes dans le pays et par rapport aux autres villes alentours, aux rivières et fleuves, et éventuellement à l’Océan ou à la Méditerranée, et enfin aux massifs montagneux.

Maintenant le GPS a pris le relais. Si je ne m’évertue pas à montrer à mes kids avant de faire un voyage que nous partons d’ici – pour aller là – en passant par tels endroits, ils seraient toujours dans un flou artistique géographique qui moi m’angoisse. On a les névroses qu’on peut…
Cela leur permet d’éviter de sortir des perles comme celles-ci, que j’ai réellement entendues, dont une pas plus tard qu’aujourd’hui 9 décembre, jour de l’hommage à Johnny Hallyday => Nous déjeunons dans un petit bistrot et écoutons les conversations de comptoir.
« Le Johnny il sera enterré à Saint-BarthOlomy »
Ah oui j’ai entendu, mais c’est où ?
A l’Ile Maurice ».

Un autre exemple ? Je connais une personne de 30 ans qui est partie plusieurs fois à Corfou, la situant en Crète, et une autre qui est allée 2 fois en Jamaïque persuadée de se baigner dans le Pacifique une fois arrivée sur place (sans consommation de l’herbe locale).

 

Alors on fait quoi ?

Eh bien on n’a pas peur de passer pour un adulte rabat-joie et on offre des atlas et livres documentaires attractifs à nos chers petits ! Qui nous en seront reconnaissants.

Après avoir  arpenté les allées du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil 2017, où j’ai eu la belle surprise de voir que la majorité des éditeurs proposaient des ouvrages de « géographie », je vous soumets une sélection qui permet de satisfaire différents niveaux d’âge et de curiosité.

 

LA FRANCE EN SAC A DOS – Belin Jeunesse


J’ai de la tendresse pour cet ouvrage qui dans l’esprit me rappelle un puzzle que j’adorais faire et refaire enfant : chaque pièce était un département avec sa préfecture et le dessin de ses spécialités culinaires, artisanales ou industrielles.

Pour « écrire » La France en Sac à Dos, Aurélie et Laurent se sont investis personnellement en s’équipant de bonnes chaussures et marche et autres matériels de randonnée.
Partant de Bray-Dunes, la ville la plus au nord de la France, ils ont parcouru 6 134 km en 379 jours, en dormant chez les gens rencontrés en chemin.
Des plages du Nord à la Dune du Pilat, des Pyrénées à la  Camargue, du mont Blanc à Strasbourg, ils partagent leurs coups de cœur, rencontres, pauses gourmandes ou défis sportifs !
Tout ceci est « transmis » aux enfants par 8 cartes, plus de 600 photos et illustrations, des quiz et des pages conseils pour organiser leurs propres randonnées !

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’aime particulièrement :

🌎 l’originalité du concept et le ton proche de l’enfant
🌍 la maquette claire et foisonnant pourtant d’informations
🌎 la variété de ces infos, en photos, images ou textes : qui vont des types d’habitation à la faune ou flore locales, en passant par des données géographiques ou historiques,  des recettes, anecdotes, conseils
🌎 la qualité du papier, un plaisir de toucher à chaque page tournée

 

Auteurs randonneurs : Aurélie Derreumaux et Laurent Granier 
Illustratrice : Anne-Lise Boutin
139 pages – 25×27 cm – 20,90 €

Belin Jeunesse – Site


MON PREMIER ATLAS DU MONDE – Bescherelle

 

Voici un ouvrage bien complet qui conviendra aux enfants de primaire à partir du CE2. De la collection Bescherelle, il en a la rigueur et l’exhaustivité. qui aidera les écoliers à s’approprier et aimer les premières notions de géographie, notamment grâce aux premières pages :
🌍 comment lire une carte
🌎 les représentations de la Terre
🌏 se repérer
🌎 le vocabulaire des reliefs et cours d’eau.

Suivent 3 parties identifiées par 3 couleurs :
. orange, le Monde
. bleu, les Continents
. rouge, la France avec découpage administratif, relief, population et villes, territoires ultramarins

Ces 3 grandes parties proposent aussi des zooms sur le Sahara, la forêt amazonienne, le patrimoine de l’Unesco, les micro-états européens, l’eau, le décalage horaire.
Un ouvrage parfait pour réaliser ses premiers exposés à présenter en classe, sans passer par le copié-collé sorti du web. 

     J’aime particulièrement : 
🗺 le graphisme et la mise en page qui rappellent les ouvrages scolaires d’autrefois : structurés, faciles à appréhender
🗺 le découpage des chapitres pour passer d’une vue large du Monde jusqu’à la France
🗺 les cartes aérées et leurs légendes simples
🗺 l’index final

🗺 les zooms, notamment sur les micro-états européens


Auteurs : Françoise Bouron et Catherine David
Illustrateur Laurent Audouin

Bescherelle Jeunesse (Hatier) – 235×258 – 14,95 € – 130 pages

 


MERVEILLEUX PAYSAGES
POUR PETITS EXPLORATEURS – 
Belin Jeunesse

 

« Décollage » pour 20 paysages remarquables tout autour de la planète, que l’on « survole » grâce aux doubles pages grand format de cet ouvrage qui se consulte en hauteur.
Chacun de ces paysages est repéré sur une carte,  sur la double page qui introduit chaque continent.

Les enfants découvriront ainsi, entre autres :  Le Grand Canyon, le lac Titicaca, la Chaussée des Géants, Santorin, la Cappadoce, la baie d’Along, la vallée du Nil, le Ténéré, les volcans d’Hawaï…

Pour chaque lieu la maquette présente aussi :
🌎 un « cherche-trouve » les animaux emblématiques du lieu, sur la droite
🌎  la flore, directement identifiée sur le dessin
🌎 des données chiffrées, en pied de page

Chaque partie-continent propose aussi des jeux pour en savoir plus, et des focus « A la découverte » permettent de se documenter sur les rennes de Norvège, les Fêtes Grecques, le peuple mongol, les Aborigènes, les Touaregs, les Indiens Aymaras…

 

 

  J’aime particulièrement :
🗺 la lecture en format italien pour plonger longuement dans chaque paysage
🗺 la douceur et les teintes des dessins
🗺 la sobriété des textes
🗺 l’originalité des sujets de « A la Découverte »

Auteur Elisabeth Dumont – Le Cornec / Illustratrice Agathe Demois 
280×350 – 96 pages – 22,90 €

Belin Jeunesse – Site

Pour les + 10 ans :

 

LE MONDE EN CARTES 3D – Nathan

 

Pas besoin de lunettes spéciales pour compulser ce livre car la qualité des dessins qui donnent des perspectives permet d’appréhender « en relief » 9 thèmes pour chacun des continents :

🌎 les pays et frontières
🌍 les paysages
🌏 des faits fascinants
🌎 la population
🌍 un haut-lieu
🌏 les curiosités touristiques
🌎 le climat
🌏 la vie sauvage
🌎 le continent de nuit

Les informations essentielles sont contenues dans des encadrés et les légendes.
A noter : la première partie qui retrace la formation de la terre et l’évolution de  l’apparition de la faune et de la flore..

En fin d’ouvrage, un lexique reprend tous les pays du monde, leur drapeau, leur continent, capitale, population, superficie, langue et monnaie

 


J’aime particulièrement :
🗺 le côté spectaculaire des cartes
🗺 l’effet 3 D exceptionnellement démonstratif et explicatif
🗺 la fascination qu’exerce ce livre, qui occupe pendant des heures, j’en parle en connaissance de cause !

Collection Dokédo – 160 pages – 19,95€ – 252×310

Nathan Jeunesse – Site

INCROYABLE TERRE – Gallimard Jeunesse

 

Avec ce livre documentaire, encyclopédique et très informatif, on quitte la géographie proprement dite pour se pencher sur des curiosités naturelles du globe, soit 75 de ses « visages les plus extraordinaires ».
Par exemple  : les Cheminées de fées (Cappadoce), les Bassins acides de Dallol (Ethiopie), les Lames de calcaires (Madagascar), le Grand trou bleu (Caraibes), etc etc.

Ces 75 « visages », ce sont autant de beaux sites que des catastrophes naturelles, des forêts remarquables que des éruptions volcaniques, répertoriés parmi 7 catégories :

🌎 une géologie tourmentée
🌏 l’eau et le feu
🌍 les mondes glacés
🌎 les mondes aquatiques
🌏 les extrêmes climatiques
🌍 en zone de crise
🌎 une terre vivante

précédés par
🌎 « une planète d’exception », expliquant la structure de la Terre, sa position dans l’espace, les zones de collisions, les volcans…

Des schémas uniques et inédits, réalisés en imagerie 3D appuient toutes les explications données par des textes concis et clairs et des fiches synthétiques à chaque page

 

J’aime particulièrement :
🗺 la splendeur des photos de paysages 
🗺 la concision des fiches techniques
🗺 la pédagogie des illustrations et explications, excellent support de travail
🗺 le glossaire aux définitions courtes et précises
🗺 le prix très raisonnable par rapport à la masse et la qualité d’informations données

 

208 pages – 255×308 – 19,95€ 

Gallimard Jeunesse – Site

📖 CONCOURS 🎅🎄

1 exemplaire de chacun de ces 5 ouvrages à gagner par tirage au sort, avant Noël !
Merci à Belin Jeunesse, Gallimard Jeunesse, Nathan, Bescherelle chez Hatier

 

Pour participer, c’est tout simple, il suffit : 

.  être abonné à la page Facebook de Top-Topic

. Partager le post du concours

. 1 chance en plus (leur nom mis 2 fois dans le tirage au sort) pour ceux qui auront tagués des amis dans leur commentaire

Clôture jeudi 14 décembre 20h – résultat sur cette page et sur Facebook

LES GAGNANTS DU CONCOURS 🔔

 

 

 

 

Autres concours sur Top-Topic :
. Coffret Montessori Astronomie
. 2000è abonné à la page Facebook de Top-Topic

Les derniers couples mère-fille au cinéma

Aujourd’hui à 13h48, ma fille a eu 11 ans !! Cela ne va pas changer votre vie. Et la mienne, depuis l’arrivée de ce qui fut un bout’chou de 52 cm a retrouvé un rythme normal.
Il n’en reste pas moins qu’à chaque changement de classe / année / taille de vêtement / style de vocabulaire / copine / lubie / humeur / programme tv préféré / de la Pépette, je ne peux m’empêcher de faire un petit ou grand reward sur les années passées, et me réjouir ou me lamenter – oui, vive la pré-adolescence – sur la nature de nos relations. Bon, globalement ça va,  je suis très très chanceuse. Il faut dire que j’ai très très bien géré les choses. Et je suis très très modeste, et très très honnête, et très très objective.

BREF tout ça pour vous parler de 3 films que j’ai visionnés en l’espace de 15 jours. Par hasard (tiens tiens, sacré farceur ce hasard), ils ont pour sujet principal les rapports mère -fille.


JALOUSE 

Au cinéma : JALOUSE, des frères Foenkinos, avec Karine Viard, la maman, et Dara Tombroff, la fille, superbe danseuse classique.
4 cerises on the cake, et ils me pardonneront, c’est bon les cerises :
. la merveilleuse Anaïs Demoustier, qui revient en force cette saison au ciné et à la TV, ne la ratez pas dans « Paris Etc »… la nouvelle créa de Canal +.
Anne Dorval, trop rare à mon goût
et mes 2 que j’aime :
. Thibault de Montalambert. Vite, la prochaine saison de « 10 % » sur France 2 !
. Bruno Todeschini, au générique lui aussi de « Paris Etc », canon.

Ce film, on en a beaucoup parlé, je fais vite.
Nathalie, qui approche de la ménopause (scènes marrantes chez son généraliste, bonjour le déni) voit éclore sa danseuse de fille, sortant de l’adolescence avec notamment de belles promesses d’avenir amoureux et professionnel.
Divorcée et « seule », cette femme se prend aussi le nouveau bonheur de son ex-mari dans les dents. Ah oui, je ne vous ai pas dit, il y a aussi Marie-Julie Baup, tordante de rire, dans le rôle de belle-mère de Mathilde.
Et comme des souffrances n’arrivent jamais seules, une jeune collègue jouée par A. Demoustiers (elles sont profs) lui oppose sa fraîcheur de vues et d’idées.

Certes, il faut aimer Karin Viard, omniprésente, pour apprécier ce film. C’est mon cas. Mais j’ai beaucoup aimé aussi le côté acidulé de cette histoire. On rit beaucoup mais on s’interroge, et le film vous habite ensuite, surtout si l’on coche les cases

✅ je suis maman

✅ les rapports avec la mienne ont franchement dérapé à partir de l’adolescence

Fine mouche, (quand je vous dis qu’aujourd’hui je me la joue modeste), j’ai vu JALOUSE avec ma minette, histoire d’avoir son point de vue et de poser en commun ce medium  dans notre boîte à outils, à ouvrir lorsque nous sommes en conflit (organisées hein ?!)

En tout cas, si ce n’est déjà fait, allez voir ce film, ne serait-ce que pour les rôles secondaires !

 

MAMAN A TORT

En vidéo à la demande, MAMAN A TORT, de Marc Fitoussi,  que j’avais laissé passer au ciné par manque de temps à l’automne 2016.

Anouk, jouée par Jeanne Jestin, 14 ans, effectue par défaut (après un loupé avec son père) son stage d’observation de classe de 3ème dans la compagnie d’assurances qui emploie Cyrielle, sa maman, interprétée par Emilie Dequenne.
Mais dès le premier jour, elle se voit confier le rangement d’un placard. Là n’est pas le plus grave. Car au fil de cette semaine d’immersion, Anouk découvre  un autre visage de sa mère, rendue froide et insensible à la détresse de ses affiliés, car elle-même soumise à la violence de la hiérarchie et des contraintes de rentabilité. L’ado, dont le visage n’est que candeur et restes d’enfance, est propulsée dans le monde des adultes, de l’entreprise, avec leurs petits arrangements et grandes lâchetés.
Par ce film encore, on réfléchit avec ses tripes lorsque l’on est parent => si je suis obligé d’avoir une part d’ombre pour survivre professionnellement, voire pour élever mon enfant (là encore, les parents sont séparés et ça tire un peu le diable par la queue), dois-je donner à voir à mon fils ou ma fille cette part malheureusement non négociable ?
Attention, le film n’est pas plombé pour autant, d’une part par la fraîcheur de la jeune Jeanne, incroyable de justesse et de charme, et d’autre part grâce aux petites respiration d’humour de Camille Chamoux et Nelly Antignac qui drivent Anouk toute la semaine dans le rangement du placard, et rien que ça c’est culte.

JAMAIS CONTENTE

Toujours en VOD, JAMAIS CONTENTE d’Emilie Deleuze, sorti en salle début 2017, adapté de la série « Le Journal d’Aurore » de Marie Desplechin, publié à l’Ecole des Loisirs

Au début j’ai pensé que je n’irai pas au bout tellement la petite Aurore, joué par Lena Magnien (son premier rôle) m’insupportait. Jamais contente, ah oui ça d’accord !
Mais je t’en foutrai moi de telles furies. Et puis, me disant « Tiens bon, ça donne probablement des clefs » « Ta fille va peut-être passer par là » « Comment vont s’y prendre ses parents ? » j’ai passé les 10 premières minutes et je n’ai pas regretté. D’autant plus que tous les acteurs sont épatants : bien sûr la petite Léna, scotchante et au final terriblement attachante, mais aussi :

. Catherine Hiegel en grand-mère telle qu’on ne peut qu’imaginer cette GRANDE dame
. Patricia Mazuy et Philippe Duquesne en parents un peu débordés… par les sentiments…
. et Alex Lutz, le prof salvateur mais sans aucune démagogie dans ce rôle « attndu » et casse-gueule.
Moins impliquant que les deux premiers, ce film reste une jolie comédie douce-amère, menée par une belle équipe et avec une bande son bien sympa.
Bon visionnage ! De mon côté je pars préparer gâteau et bougies 🎂🍰
 

« Miss Pook et les enfants de la Lune », de Bertrand Santini – Grasset Jeunesse

Pendant que sœur et mère se délectaient de « téléfilms de citrouilles » pendant un week-end, mon Pépito – 12 ans – plongeait à 2 pieds et surtout 2 yeux dans le dernier ouvrage de Bertrand Santini « Miss Pook et les enfants de la Lune », épisode 1, publié chez Grasset Jeunesse.

Dévoré par le fils, adoré par la mère

Le baromètre de satisfaction chez mes enfants lecteurs est, comme chez  beaucoup d’autres, la vitesse à laquelle ils dévorent les livres ou à l’inverse,  les picorent pour finalement les abandonner en cours de route.
Pour celui-ci, ce fut vitesse grand V de la page 1 à la 190ème, avec surtout un degré de concentration maximum.
Ce qui fait que j’ai lu Miss Pook moi-aussi, puisque chaudement recommandé par fiston. Le monde à l’envers, quoi.

De la rue Saint-Antoine à la Lune

Il faut dire qu’à l’instar de Miss Pook, sorcière à la personnalité complexe qui, sous les traits d’une gouvernante entraîne la jeune Elise, pétillante gamine de 10 ans dans des aventures initiatiques, Bertrand Santini embarque son lectorat dans des péripéties folles.  Le rythme est haletant, et nous fait passer doucement du Paris romantique du début du 20ème siècle vers le merveilleux et le terrifiant monde de la Lune.
On passe aussi de l’univers suranné des parents d’Elise, pétris de convenances sociales, mais néanmoins tordants (ah, leur vocabulaire !) à un monde de monstres, sorcières, faunes, dragons, et autres personnages inventés par l’auteur, les Golgomes et Mordromes.
A noter, le livre colle parfaitement au programme de français des 6ème, qui étudient « Monstres et Légendes » et retrouveront, en action dans ce livre, tous les types de personnages fantastiques expliqués par leur professeur.

Dès la couverture, illustrée par Laurent Gapaillard, l’aventure commence.

Lecture à plusieurs niveaux

Qui dit fantastique et monstres ne dit pas forcément angoisse à chaque page.
Oui on peut avoir délicieusement peur, mais Monsieur Santini sous-tend son récit d’un humour à plusieurs niveaux, qui ravira autant les enfants que leurs parents. Et, tel Miss Pook tout à la fois terrifiante et bienveillante, le livre nous fait passer de la peur au rire, comme autant de petites pauses salvatrices pour repartir de plus belle à la suite d’Elise, qui éclaire de sa malice une réflexion sur l’imaginaire, la nature humaine et l’état de notre monde.

A glisser sous le sapin

Cette année, la distribution de cadeaux se fera au tout début des vacances. Bien vu pour offrir ce livre à un enfant de votre entourage. Nul doute que le livre ne s’arrêtera pas là et fera le tour des fratries, familles ou cercle d’amis avant la rentrée de janvier.
Et la bonne nouvelle est que nous n’en sommes qu’à l’épisode 1. J’aurai aimé pouvoir dévoiler la date de sortie du n° 2, mais non !

Bertrand Santini

Bertrand Santini s’est fait connaître en publiant « Le Yark » (Grasset) en 2011, un premier roman jeunesse qui remporte tout de suite un large succès couronné de prix, traduit en plus de 10 langues, et mis en scène au théâtre. Il est en cours d’adaptation cinématographique, tout comme l’ouvrage qui a suivi : « Jonas, le requin mécanique ».
Son troisième roman « Hugo de la Nuit » (Grasset), sorti en 2016,  a reçu le soutien du Centre National du Livre et a notamment été sélectionné pour les Pépites de Montreuil et le prix Sorcières.  Il a remporté le Prix NRP de la revue des professeurs de collège et le prix Livraddict.

Bertrand Santini est également auteur et illustrateur de la série à succès Le Journal de Gurty aux Editions Sarbacane.

 

 

MISS POOK ET LES ENFANTS DE LA LUNE – Bertrand Santini
Novembre 2017 – Grasset Jeunesse –
205×140 mm – Couverture brochée à rabats.
Illustration de Laurent Gapaillard

192 pages – 13€90

En vente sur Amazon et dans toutes les librairies.

Pourquoi j’aime les téléfilms de Noël !

Mon coming-out 

 

Dans la même lignée que mes petits plaisirs de l’hiver, voici une autre occupation de décembre que j’adore. Mais là, breaking news et coming out… je révèle mon penchant pour les « téléfilms de Noël ». Kesaco ? Ce sont des films américains, tournés pour la télévision, dont l’histoire se déroule à la période de Noël.

Dégoulinants de bons sentiments et de fausse neige, de décorations rouges et vertes, avec en général pour environnement des maisons à bardage de bois pastels (pour le héros) et les buildings d’une grande ville (pour l’héroïne), ces téléfilms se divisent en 2 tendances :    . Les romances, ou l’amour au départ impossible d’une fille shootée au pots d’échappement et d’un agriculteur, d’un introverti et de sa voisine fofolle, d’un intello et d’une reine du shopping, de 2 jeunes tourtereaux version Roméo et Juliette…
. Les miracles de Noël, où la maman-célibataire-criblée-de-dettes-au-bord-du-gouffre-mais-pleine-de-courage finit par retrouver amour, travail, et confiance en elle, recomposant une famille happy-happy.  

du rouge et du vert

du vert et du rouge

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est cul-cul, la trame est toujours la même, avec l’incontournable rupture au bout d’une heure et le rabibochage juste à la fin. Mais qu’est-ce que ça fait du bien !
Pourquoi ?
🤶 Peut-être parce que les héros ont toujours un fond très gentil ? 
🎅 Qu’il y a toujours une bonne fée (la tante, la patronne, la copine…) dans les parages, quand ce n’est pas le Père Noël himself, sous les traits d’un pompiste ou d’un coursier ?
🤶 Que le soleil brille en sur-saturation sur la neige synthétique qui rivalise de blancheur avec les sourires des acteurs ?
🎅 Que dindes, sirop d’érable et cupcakes apparaissent sur les tables ? Miam.
🤶 Que même si le héros ou l’héroïne est blindé(e), il reste super sympa et simple et au final met ses gros sous-sous au service de la communauté de l’élu(e) de son coeur…?
🎅 Que les sapins sont 3 fois plus gros et 10 fois plus décorés que les miens ?

🤶 Ou, et surtout, qu’il ne faut pas avoir inventer le fil à couper le beurre pour suivre même en somnolant, ce qui finalement m’arrive souvent !

 

Le rituel pour « profiter » au mieux

Pendant les vacances, ça va, je peux me caler sur le direct. TF1, HD1 et parfois M6 sont mes nouvelles amies.
Mais  elles diffusent ce style de téléfilms de plus en plus tôt dans le calendrier, dès novembre cette année !
Alors, ma Pépette et moi passons en mode replay, et en avant pour un doux moment qui demande :
🎄 une couverture polaire sous laquelle nous nous blottissons
🎄 les pieds bien au chaud, sinon je ne suis pas concentrée 
🎄 des bonbons qui piquent pour elle, des chocolats pour moi
🎄 la certitude de ne pas être dérangées pendant 1h20
🎄 plein d’oreillers ou de coussins

Jusqu’à peu, notre adorable chatte avait son rôle dans ce rituel. Bercée de chaleur et de caresses, elle profitait de ces moments de calme pour s’endormir entre ma fille et moi. Mais elle s’est endormie pour toujours dernièrement, notre rituel aura peut-être une petite touche de tristesse cette année.

… et la bouffe adéquate !

Le Bonus 🎃

Le bonus, c’est que je me suis aperçue cette année qu’il y avait aussi des » téléfilms de citrouilles » comme nous les appelons à la maison. Vous devinez ? Même principe que ceux de Noël, mais tournant autour de la période d’Halloween (sans le folklore monstres et zombies !)  Là, débauche de feuilles d’automne et concours de citrouilles,  et il faut le reconnaître, de beaux décors roux d’étés indiens. 

Mais non, t’es pas toute seule !

Quelle ne fut pas ma joie et ma surprise de lire la semaine dernière dans le gratuit 20 mn tout un article sur le phénomène des téléfilms de Noël ! Car il s’avère que je suis loin d’être seule à aimer ! Ce qui explique pourquoi le nombre de ces films augmente chaque année et que le genre s’est propagé à la saison festive précédente (Fêtes des citrouilles).

 

20 Minutes – 27 novembre 2017

Alors à quand les téléfilms de la Saint-Valentin ? Quoiqu’en posant la question, je me dis que ce thème existe certainement !

Frères, chez Albin Michel, lu par Allonz’Enfants

couverture Frères Albin Michel

Cette quinzaine, Nathalie s’enthousiasme pour « Frères » (Albin Michel), à conseiller aux lecteurs à partir de 12 ans, et nous livre ci-dessous son avis.

 

Attention voici un roman qui slame et qui pulse ! Frères, le premier roman de l’Américain Kwame Alexander traduit en France, est un véritable bijou, hommage au basket, à l’amour fraternel et filial, un roman qui déménage et vous terrasse d’émotions. Must read !

 

Couverture Frères Albin Michel

Couverture Frères Albin Michel

 

« A deux pas du panier, j’ai le mouv et le groove…
Ça CLAC ! et ça WIZ !
Non mais attends, toi, tu veux me contrer ?
Non mais attends, toi, tu veux me bloquer ?
Mate un peu ce rebond, YEAH !
Fais gaffe, man, sérieux
Parce que je suis le king du SWING,
le roi du dribble cROIsé
JE LANCE
je m’élance
et je feinte pour que tu glisses pendant que je
DEBOULE, moi
vers la ligne d’arrivée, et du bout des doigts…
Direct au panier :
Baaaaaammm ! Marqué ! »

Attention ce texte swingue et pulse comme un morceau de rap. Resté 24 semaines sur la liste des meilleures ventes du New-York TimesFrères est un petit bijou qui peut transcender les générations.

L’histoire ? Celle de deux jumeaux, Josh et Jordan, jeunes champions de basket-ball, illustres du panier, du dribble, du dunk et du crossover.
Le Basket chez les Bell, c’est une histoire de famille. Leur père, Chuck dit « le Boss », ancienne star du terrain et entraîneur les pousse depuis toujours tandis que leur mère, la directrice adjointe du lycée, peut faire la pluie et le beau temps sur leur sélection.
Josh et Jordan ne se quittent jamais. C’est parce qu’ils jouent en totale harmonie depuis tout petits, chacun avec leur style, que leur équipe cartonne. L’un arrière, l’autre ailier. Josh est un peu frimeur mais lorsqu’il s’élance haut dans les airs, avec ses dreadlocks, il vole : « Au moment de tirer je suis en apesanteur/Le panier est à vendre/Je suis le seul acheteur. » Le père a surnommé Josh « Dégueu le Vicieux » – un surnom que son grand fiston n’apprécie guère – en hommage à un morceau d’Horace Silver, car « le Boss » est aussi fan de jazz. Un basketteur au rythme syncopé !

La suite de la chronique de Nathalie, et pour lire un extrait => ici

Frères
Kwame Alexander – Photo ci-dessous

Traduit de l’anglais (américain) par Alice Delarbre
248 p., Albin Michel coll. Litt’, 13,50 €

(à partir de 12 ans)

Kwame Alexander

Kwame Alexander

Apprendre l’Histoire peut être ludique / Concours

(concours en fin d’article, jusqu’au 27 novembre 2017)

Visiter l’Histoire, apprendre et réapprendre les « grands moments » de nos civilisations, analyser le passé, comprendre le présent et anticiper (ce serait bien…) le futur, c’est un service à rendre à nos enfants. Autant se faciliter les choses en leur offrant des outils plaisants !

De plus en plus d’éditeurs proposent des ouvrages et jeux  ludiques – mais pédagogiques – pour venir en appoint de ce qui est appris à l’école en matière d’Histoire. Parmi eux, Top-Topic a retenu 2 livres et 2 coffrets, présentés ci-dessous.


Le Salon Histoire de Lire

 

Mais avant, une présentation opportune du salon HISTOIRE DE LIRE dont la 10ème édition se tiendra les 25 et 26 novembre 2017 à Versailles.
Y participeront cette année : 

Eric Vuillard, Prix Goncourt 2017 pour « L’ordre du jour » (Actes Sud)
Olivier Guez, Prix Renaudot 2017 pour « la Disparition de Joseph Mengele » (Grasset)
le Général d’Armée Pierre de Villiers pour « Servir » (Fayard)
Mais aussi Gilbert Sinoué, Luc Luc Ferry, Hélène Carrère d’Encausse, Jean-Yves Le Naour, Alice Ferney, Alain Duhamel, Xavier Darcos, François Baroin, et 150 autres romanciers, journalistes, hommes et femmes politiques.

20 000 visiteurs sont attendus à l’Hôtel de Ville et à l’Hôtel du Département de Versailles  pour découvrir plus de 1 000 titres différents, assister à une cinquantaine de débats et d’animations.
Le programme complet, l’accès, les horaires ICI

L’espace Jeunesse sera situé sous tente devant l’Hôtel de Ville. Animations  en suivant ce lien. 

Les jeunes lecteurs férus (ou pas ! mais qui vont le devenir) d’Histoire et d’histoires pourront rencontrer leurs auteurs dédiés tels Isabelle Bournier, Ariane Delrieu, Claude Merle, Philippe Brochard…



En parallèle,  2 livres et 2 coffrets topés par Top-Topic :

 

SIMPLISSIME,
le livre pour comprendre l’Histoire de France
le + Facile du monde – Hachette Pratique

illustrations : Hubert Van Rie et Dominique de Dieuleveult

©Hachette Pratique

Oui je sais, je parle beaucoup de Simplissime (Hachette pratique) ! Et un Simplissime Cuisine par ci, un Simplissime Couture par là, mais pourquoi se priver du plaisir de compulser des ouvrages didactiques et/ou pédagogiques vraiment sympas ?

Super précis, super clair, à la portée de tous

Simplissime Histoire, a été conçu par Hachette Pratique pour toute la famille, de 7 à 99 ans (et pourquoi ces limites ??).
L’Histoire, et l’Histoire de France en particulier, est révisée de la préhistoire à nos jours, par des doubles pages s’arrêtant chacune sur un fait parmi 100 qui ont façonné le passé…

En page de droite le fait est résumé en 6 lignes maximum et une grande illustration symbolique, en page de gauche, 6 cartouches s’articulent ainsi :

. Cartouche 1 – les dates clés de l’événement
. Cartouche 2 – l’origine de l’événement
. Cartouche 3 et 4 : le déroulé
. Cartouche 5 et 6 : les conséquences de l’événement

 

©Hachette Pratique

L’ouvrage est enrichi en dernières pages par :

. un glossaire des termes historiques, économiques et politiques employés
. un index de tous les personnages cités avec leur mini-biographie
. une frise chronologique

Paru en septembre 2017 – 255 pages – 19,95€
Amazon



L’HISTOIRE DE FRANCE DESSINÉE
Gallimard Jeunesse

 

 

C’est l’Histoire de France, de – 740 av. J-C jusqu’à nos jours,  qui se lit comme un roman et se retient enfin ! Une Histoire condensée avec pertinence, humour, raccourcis percutants et ton résolument moderne : « Jean sans Terre est furax », « Bref, pendant deux siècles, l’atmosphère est un peu tendue », « Les hommes en noir se fâchent tout rouge »

Ce ton de Béatrice Fontanel, l’auteure, accessible et qui parle aux jeunes lecteurs est contrebalancé, à raison, par les illustrations de Maurice Pommier, très attaché à l’authenticité des vêtements, objets, bâtiments, etc, qu’il dessine.
A chaque page un événement largement illustré soit par plusieurs images (un peu comme une BD) soit par un seul grand dessin, et le texte de 7 lignes.

 

 

 

 

 

Les petits testeurs de Top-Topic ont effectivement adoré le ton, et se sont laissés embarquer avec bonheur dans la lecture de cette « Histoire de France dessinée », publiée chez Gallimard

 

 

 

A partir de 8 ans – 144 pages – format 285 x 230 – 21 €

Site Gallimard Jeunesse ou sur Amazon


Les 2 coffrets à gagner !
1 tirage au sort pour chaque coffret :

LE JEU DES 7 FAMILLES CHABADAS DANS L’HISTOIRE
Belin Jeunesse

 

Ce coffret, adapté aux enfants à partir de 7 ans, contient =>

. 1 jeu de 7 familles : Cro-Magnon, Egyptiens, Chevaliers, Cow-Boys…
. 1 livre avec 3 aventures des Chabadas sur presque 200 pages :
Branle-bas de combat chez les Gaulois Les 4 chevaliers au grand cœur ; Le mystérieux prisonnier de Versailles, suivies de quelques quizz
. 4 fiches pour découvrir les Gaulois,  les chevaliers, Versailles au temps du Roi Soleil, et une frise avec les grandes dates de l’Histoire.
. 4 « ateliers au Moyen Âge » pour fabriquer sa couronne de roi ; apprendre à dessiner une lettrine ; inventer son propre blason de chevalier et réaliser des gaufres médiévales.

Coffret Chabada de Belin Jeunesse. Le coffret à gagner sera agrémenté de 2 cahiers et 2 badges Chabadas !

Les Chabadas, ce sont des personnages inventées par Daniel Picouly et dessinés par Colonel Moutarde, et héros de nombreuses histoires éditées chez Belin.

Daniel Picouly est un des auteurs préférés des français, autant en littérature jeunesse qu’adulte. Il a connu le succès notamment  avec Le Champ de personne, puis a reçu le prix Renaudot avec L’Enfant léopard. Depuis une dizaine d’années, il est aussi le papa de  «Lulu Vroumette», l’héroïne préférée des 4-6 ans. Homme de télévision, il anime « Page 19 » sur France Ô.

Colonel Moutarde, illustratrice comme son nom ne l’indique pas, collabore avec la presse et l’illustration jeunesse. Elle a signé la série « L’année de Clarisse » (Rageot, 2016-2017) et À chouchou pour la vie (Sarbacane, 2014).

12,50€ le coffret

Site Belin Jeunesse ou Amazon

 

 

COFFRET JEU DES 12 FAMILLES – HISTOIRE DE FRANCE
Jeux Sylvie de Soye

 

Je cite aussi régulièrement les jeux Sylvie de Soye car j’apprécie énormément la gamme dans sa diversité et la qualité de fabrication. Ceux que j’ai à la maison ont résisté à tous les voyage et manipulations, et passeront allégrement vers d’autres générations. S’ils sont beaucoup utilisés dans les écoles, ce n’est pas par hasard.

Pour cet article Histoire, j’ai retenu le jeu des 12 familles L’HISTOIRE DE FRANCE. Chaque carte (7 x 12 cm) est illustrée par un tableau, pour lequel on retrouve des anecdotes et des histoires amusantes dans le livret explicatif – très complet – joint au coffret.

Une famille se compose de 4 cartes.

Les périodes historiques abordées sont : La préhistoire, les Gaulois, les Francs, la Féodalité, la Guerre de Cent Ans, les Grandes Découvertes, la Renaissance, Au Temps de Louis XIII, le Grand Siècle, le Siècle des Lumières, la Révolution, l’Empire.

En vente dans les boutiques de nombreux musées et châteaux, et sur le site des Jeux Sylvie de Soye ou Amazon

Prix public indicatif : 22 €

CONCOURS TERMINÉ

Les gagnants sont… des gagnantes, prévenues par mail. Agnès D pour les participants par mail, Emi R pour les participants par Facebook.
A bientôt pour un nouveau jeu 🍀

🎁 c o n c o u r s !

Le coffret Histoire de Sylvie de Soye est à gagner par Facebook, le coffret Chabadas par mail.

Pour tenter de gagner un de ces lots par tirage au sort, il suffit

. sur Facebook, d’être abonné à la page FaceBook de Top-Topic, et de liker le post parlant du concours.

et/ou

. d’envoyer un mail à sophie@top-topic.com avec le mention « Histoire je participe » dans l’objet du mail.

Participation ouverte jusqu’à mercredi 29 novembre 2017 à 20h. Tirage au sort dans la soirée par d-code.fr
Les gagnants seront avisés par mail ou mp sur Facebook.

Bonne chance à tous ! 🍀

Le livre qui explique la peur

En suite à mon précédent billet qui abordait des émotions, un ouvrage parfait pour parler d’une émotion en particulier et particulière : la peur…

Nathan, chez qui j’ai toujours apprécié les Kididoc (que j’achetais pour mes kids et… pour me faire plaisir aussi) propose dans une autre collection, BOUH AAAAA IIIIIIIIIIH, un livre pour tout comprendre sur la peur.
Une autre collection certes, mais un peu sur le même principe que Kididoc: plus (+) d’une trentaine de volets à soulever pour que chaque double page soit une source de surprises pédagogiques.

Pour les lecteurs dès 9 ans, ce livre répond à toutes les questions que les enfants (et leurs parents) se posent sur LA PEUR. Brrrrr.
La peur en général ! De l’inconnu, du loup, du vide, des zombies, du bruit, de la mort, des insectes, de se blesser, de changer d’école, d’être nul…. bref, de toutes les peurs je vous dis !

 

Pourquoi on aime ce livre

Les vertus de BOUH AAAAAA IIIIIIIIIIH (oui oui vous pouvez compter ils y sont tous, les A et les I), testé à la maison hier :

1 – il fourmille d’illustrations, d’exemples et de thèmes « animés » et peut captiver pendant des heures
2 – peur expliquée =  peur un peu mieux dominée
3 –  les auteurs ont prévu un programme anti-peur, un peu comme un parcours à étapes, bien ficelées, pour que le lecteur aille encore plus loin dans son apprentissage
4 – aucune double page ne ressemble à une autre

 

 

 

J’ai peur, comment cela se voit ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… et que se passe-t-il dans mon corps ?

 

 

 

 

 

 

 

Volet rabattu : une situation de peur face à « l’autre » (et quel enfant n’a pas connu l’angoisse de la première excursion seul à la boulangerie ?!)

 

Volet ouvert : comment cela pourrait se passer…

 

 

L’utilité de la peur !

 

Des professionnels confrontés à la peur au quotidien

 

BOUH AAAAAA IIIIIIIIIIH – octobre 2017 – 63 pages – 16,90€ – 23×23 cm

A partir de 9 ans

Auteurs Delphine Godard et Nathalie Weil. (Toutes deux ont déjà écrit : Aïe ! – Prout ! – Atchoum ! – Zizi Lolos Smack ! – et Ouille ! Ouille ! Ouille ! (Nathan). Les titres parlent d’eux mêmes…

Illustrateur Nicolas Trève.

En vente chez Nathan ou sur Amazon

« Poser » l’enfant… avec un livre et un coffret

Au moment où j’écris ce billet, la météo est « typique novembre » : vent froid, pluie glacée, ciel gris, brrrr…
Un temps moche certes, mais tellement idéal pour rester au lit ou au fond du canapé avec les petits bibous et se cajoler. Fines mouches les mamans, rusés les papas, ils en profiteront pour peut-être aller plus loin et sonder où en sont leurs petits, à mi-chemin entre le stress de la rentrée scolaire et de l’excitation de Noël. Bref, le temps météorologique et calendaire idéal pour faire le point sur leur état d’esprit.

2 nouveautés qui peuvent servir de point d’appui :

 

Mes Emotions, Filliozat (Nathan) et Mes Endroits à moi, de Gaia Stella (Grasset Jeunesse)

Le coffret « MES EMOTIONS » des jeux Filliozat, chez Nathan

Un joli coffret où trouver des idées pour mieux réguler les réactions émotionnelles des petits et grands, et réagir avec efficacité même dans les situations les plus tendues.

Une colère de l’enfant ? L’agacement du parent ? Ils prennent la roue des émotions, le sac des personnages-émotions ou les bons à remplir et ensemble, mettent des mots sur ce qui se passe.
Ceci n’est qu’une des possibilités qu’offre le coffret. Par exemple, les cartes peuvent servir de jeu de mémo, et la roue d’outil de conversation le soir au coucher, pour passer en revue les émotions que l’enfant a ressenties dans sa journée.

Nathan propose d’autres coffrets et cahiers Filliozat : 
. La Confiance en soi
. Peurs, amies ou ennemies
. Colère et retour au calme

A retrouver sur Amazon, 12,90€ l’unité

Cartes émotions et bons à remplir, Filliozat (Nathan)

 

« Mes endroits à moi », de Gaia Stella – Grasset Jeunesse

Une petite fille emmène le jeune lecteur dans les endroits qu’elle aime, qui vont de sa maison à la bibliothèque, du planétarium au théâtre, de la serre à la caserne des pompiers, et d’autres encore. 

J’ai adoré le travail graphique structuré, et la disposition des illustrations qui laisse de l’espace à l’imagination de l’enfant. La sobriété des textes ouvre aussi le chemin aux commentaires du lecteur qui pourra ainsi rapprocher ses propres expériences avec ses endroits à lui. Implicitement il va verbaliser ses rapports aux lieux, qui peuvent éclairer sur sa personnalité ou son caractère du moment. 

Gaia Stella est une artiste italienne diplômée de l’Institut Européen de Design de Milan. Les illustrations de « Mes endroits à moi » ont été exposées à la Foire Internationale du Livre Jeunesse de Bologne 2016, au sein d’une sélection spéciale.

Sorti le 25 octobre 2017 – Grasset Jeunesse – 40 pages – format 210 x 300 mm
Couverture reliée. Traduit par Christian Demilly 

14€ TTC en version papier
9,99 € en version numérique
Site Grasset Jeunesse
ISBN : 97822446860594

La serre vue par Gaia Stella dans « Mes endroits à moi » (Grasset Jeunesse)

 

On prépare Noël calmement avec Hema !

HEMA c’est, pour la France, un site internet et une vingtaine de magasins canons où trouver toute l’année des objets pour se faire plaisir et s’équiper,  offrir et surprendre, de bonne qualité à prix doux garantis.       

Fondée en 1926 aux Pays-Bas, la chaîne Hema distribuait à l’origine des articles dits « de droguerie ». Maintenant, on y trouve des rayons :

. décoration
. papeterie et Do It Yourself
. alimentaire (bonbons, biscuits, cafés..)
. vaisselle, ménage, ustensiles de cuisine et petits appareils (batteurs, toasteurs…)
. linge de maison et de toilette
. layette
. jeux
. maquillage, bijoux, produits de soins
. accessoires de mode collants, gants, bonnets, lunettes
. petits outillages, piles, ampoules…
. produits ménagers 

ET !…

… en fonction du calendrier, les accessoires liés aux événements calendaires à venir comme Pâques, la plage, la rentrée, Halloween, et… Noël ! Et là, c’est la fête du caddie.

Pour Noël 2017, voici une sélection d’idées cadeaux et décoration, à shopper en magasins ou sur le site Internet Hema ICI 

Profitez d’ici du 3ème article gratuit sur une large sélection

 

Lettre métallique (6€) / Sapin bois (3€), photophore, sapin sous
cloche, le design même sous le sapin…

 

Boule neige (12,50€), figurine Casse-Noisette (5€), le kitsch qu’on aime. Mais aussi tête de rennes en fil métallique (3,50€)

 

 

 Petites et grandes adoreront ces portes-monnaies pailletés – 3€

 

Accueillir 2018 avec les indispensables lettres ballon HEMA – 1€ pièce

 

Une boîte de nougat pep’s,  le petit cadeau en plus

 

 

 Boire la vie avec joie avec ces jolis verres – 3,50€

 

Facile d’égayer la cuisine avec Hema !

 

Jolies boîtes, bolducs, pochettes, paillettes,
tout pour rendre encore plus beaux les paquets cadeaux

 

Que vous soyez en avance pour préparer Noël ou carrément en retard, foncez sur le site Hema ou en boutique, vous y trouverez forcément de quoi faire les choses avec réflexion, ou de quoi vous sauver au dernier moment pour les ultimes achats. 

HEMA 

1 kilo de contes

Oui mais…

Ok Ok je viens de fustiger, dans le billet « Les petits bonheurs… », le marketing lié à Noël qui arrive dès la mi-octobre et voilà que je m’y mets aussi en proposant déjà une idée de cadeau. 

Mais puisque vous êtes nombreux à demander la reprise des concours Top-Topic et que j’avais envie de parler de 2 ouvrages de contes, autant lier les deux !

Des kilos d’histoires

Voici donc des livres de poids pour endormir les enfants le soir. Non, pas pour assommer les chers chérubins !… mais pour y piocher quantités de contes différents, d’auteurs variés, « professionnels » d’hier (Grimm, Perrault, Andersen…) et d’aujourd’hui (Sophie Carquain, Claire Blanchard, Michèle Tremblay…), reconnus ou à découvrir.
C’est la diversité qui fait la richesse de ces recueils. Parents et enfants trouveront ainsi chaque soir une nouveauté, tant dans le fond que dans la forme et apprécieront le mélange de contes anciens et contemporains. 

 

 

Chaque histoire est précédée d’une page indiquant l’âge « requis », le temps de lecture que demande la narration, et les émotions abordées comme la confiance, la colère, la jalousie, l’envie, la flatterie ou des problématiques comme l’addiction aux jeux vidéo, le stress, être à l’écoute. 

Peu d’illustrations, ce sont des livres à lire au chevet de l’enfant, qui laissera son imagination galoper à sa guise avant de s’endormir… 

No comment sur « à lire avec Papa ». J’aime cette incitation vers nos chers compagnons, mais je préfère rester dans le politiquement correct en ce qui concerne le partage des tâches… avant de m’attirer quelques foudres.

« 1 kilo de contes pour bien grandir » – 30 histoires

« 1 kilo de contes à lire avec Papa » – 38 histoires

Les 2 ouvrages aux Editions Leduc – dès 6 ans – 14,90€

En vente sur Amazon 

!! CONCOURS !!

1 exemplaire de chaque livre à gagner par tirage au sort, ouvert jusqu’à dimanche 12 novembre 18 h. Pour participer il suffit,

si vous êtes plutôt réseaux sociaux : 
. d’être abonné à la page Facebook de Top-Topic et liker le post du concours (ne vous privez pas de partager si vous en avez envie 😃). Le gagnant sera prévenu par mp sur Facebook 

si vous êtes plutôt mails : 
. d’envoyer un petit mail à sophie@top-topic.com en indiquant « Contes, je participe ». Le gagnant sera prévenu par retour de mail.

1 gagnant dans chaque groupe. Tirage au sort dimanche 12 novembre en soirée. Résultats sur la page Facebook et ici. 

Et n’oubliez pas que le concours Nouveau Look est toujours en cours, 150€ de cartes cadeaux à gagner 💝


 

Les petits bonheurs d’hiver de Top-Topic

 Déprime hivernale en vue ?!

 

Le fameux dernier week-end d’octobre est passé… vous savez celui du changement d’heure, pendant lequel on retarde d’une heure nos cadrans (car en octobRE on REtarde et en aVRil on aVance).
Pour moi, sujette à la déprime saisonnière, c’est tous les ans la même angoisse : la nuit va tomber plus tôt, le noir va s’installer, et hop, en route pour un long tunnel avant d’atteindre péniblement mars et ses prémices de beaux jours. Oui j’en suis à ce point de perspective(s). Maussades les perspectives…

Et comme Noël n’est pas ma fête préférée, c’est encore pire, surtout depuis que les marketeurs commencent à nous en parler dès la mi-octobre, ce qui est le cas cette année. Une horreur. Ma fille a compté à mi-octobre : 18 pubs d’affilée sur Gulli, 17 concernant Noël. Sans compter les étals des magasins qui commençaient déjà à proposer décorations et cadeaux alors que nous étions presque en t-shirt, à la faveur de l’été indien.  😫

 

Me créer des petits bonheurs

Alors il faut trouver quelques petits bonheurs annoncés ou plaisirs liés à chaque hiver pour se raccrocher à « du qui fait du bien », sans forcément avoir à dépenser argent et énergie..

1 – Mon double effet Kiss Cool des soldes de juin 

Mon grand truc c’est de m’acheter un manteau pendant les soldes de juin* – car oui on y trouve encore des pièces d’hiver,  et même des chouettes – et de relativiser les premiers froids en portant enfin ma bonne affaire chaude et réconfortante, après des semaines d’attente.
* parce que si je l’achète pendant les soldes d’hiver, bah je le porte tout de suite, et n’ai plus de petit goût de la nouveauté à l’hiver d’après. CQFD

 

2 – Je retrouve mes fruits d’hiver 

De beaux kakis, dont l’arbre s’appelle le plaqueminier (et non l’arbre à kakis !)

Ensuite il y a l’arrivée sur les étals des kakis et clémentines, parmi mes fruits préférés. Des fruits bourrés de vitamines C pour se donner du tonus (et, hum… comment dire ? Grâce aux kakis, avoir un bon transit).

 

D’ailleurs, pour celles et ceux qui souhaitent arrêter de fumer, foncez sur la clémentine, c’est le moment !
Pas onéreuse, occupant les mains pendant l’épluchage (et calmer le syndrome du fumeur), diffusant une odeur bien agréable, ne faisant pas grossir, bourrée de vitamines, c’est le fruit qui m’a fait passer de 2 paquets de cigarettes à 0 il y a plus de 15 ans, sans rechute.

(NB : Le kaki, en fonction de la variété, se mange soit façon pomme, soit façon kiwi = bien mûr, en le découpant sur le haut et en le dégustant avec une petite cuillère)

Autre fruit fétiche : la noix. J’ai la chance d’avoir 2 beaux et gentils noyers qui me gâtent chaque automne.
1er plaisir : le ramassage. C’est là où je comprends le « kif » des chasseurs de truffes. Moins glamour est la noix que la truffe, mais quand j’arrive sur les derniers jours et que j’en trouve encore 4 ou 5 planquées dans leurs brous, sous des feuilles mortes, hourra !

2ème plaisir : la confection d’un gâteau aussi simple que bon. 
En voici la recette, ne le dites pas à ma belle-famille : Mixer 250 gr de cerneaux de noix avec 200 gr de sucre semoule. Mélanger avec 3 oeufs entier. Cuire 35 à 40 mn à 150 degrés. Déguster et m’en donner des nouvelles ! Simple non ? Le cœur est moelleux, la croûte est fine et craquante. Vous pouvez prévoir de la crème anglaise à servir avec. 

 

3 – Je ne lutte pas à l’appel des canapés, douceurs et soirées télé. C’est la saison qui veut ça. 

Corinne Masiero, alias Capitaine Marleau – Le mardi sur F3

Je retrouve mes « petits personnages » de          feuilletons récurrents. Certes et snif,  cette année adieu les familles Bouley et Lepic de « Fais pas ci – Fais pas ça », mais reviennent les Capitaine Marleau (géniale Corinne Masiero) et autres Candice Renoir.

Ah oui je sais, je reste franco-française dans mes goûts « séries ».
Et je déguste avec des carrés du gâteau aux noix…

 

 

4 – Je suis attentivement la folie des prix littéraires

L’automne c’est aussi la courte période des Prix Littéraires (Goncourt, Fémina, Renaudot, Médicis, Interallié…) avec les joies et déconvenues des primés et nommés… et de la lectrice que je suis.  15 jours de suspens et d’émotions, puis des semaines de découvertes.

 

5 – Je plonge dans une saga

Cette année, et merci à mon amie Axelle, je suis presque ravie d’avoir 2 heures de transports en commun par jour.
Axelle m’a présenté Emma, Maisie, Harry, Giles, Sebastian, Virginia… qui montent avec moi dans la rame.  Mes nouveaux compagnons de voyages sont les personnages de la « Saga des Clifton », de Jeffrey Archer, écrivain britannique bien inspiré pour nous faire traverser le 20ème siècle au gré des aventures de ses héros hauts en couleurs. 6 tomes addictifs, qui ouvrent avec « Seul l’avenir le dira ». Le 7ème est en cours de traduction, je suis aux taquets…
Les couvertures sont un peu ringardes, mais la lecture démarrée, on se laisse embarquer sur des centaines de pages, qui font oublier le bruit du métro, le gris dehors et les actualités pas toujours folichonnes.
Du même auteur, « Kane et Abel » et « Seul contre tous »,  sont aussi des livres page turner qu’on ne lâche plus ! 

On trouve les différents ouvrages de Jeffrey Archer sur Amazon, ou d’occasion sur Price Minister.

 

6 – Je retrouve mes papys chanteurs

Cette année, les vieux de la vieille comme moi ont bizarrement droit à une année revival au niveau musical, avec les nouveaux albums de Laurent Voulzy, MC Solaar, et Etienne Daho (+ concert à la Philarmonie de Paris pour ce dernier).

Il y a aussi un album de Sardou, moins ma tasse de thé mais comme il passe dans ma bonne ville de Boulogne dans la nouvelle « Seine Musicale » je cite !

Ce qui aurait pu me faire du bien aussi, si je n’avais pas raté le coche* : la fin de la tournée de Julien Doré… plus jeune… et tellement…tellement. (*restent que des places mal situées) (Julien, si tu me lis..)

 

7 – J’allume la radio 

… »Le Masque et la Plume » – France Inter – tous les dimanches soir 20h/21h. Merci Jérôme Garcin et critiques qui l’entourent de m’accompagner dans les dernières heures du week-end si je vous suis en direct, ou dans les premières de la semaine si je vous écoute en podcast dans le métro dès le lundi matin. Pendant une heure, les films, pièces et livres en vue sont décortiqués et chroniqués, parfois avec mauvaise foi partisane, toujours avec avis discutés et animés. Je crois que j’écoute l’émission depuis mes 17 ans !, soit depuis plus de xxxante ans. Et cette année, on salue le retour de Frédéric Beigbeder pour les livres, assagi et pertinent.

Sur France Inter aussi : Ali Rebeihi. Du lundi au vendredi, de 10h à 11h, il aborde dans « Grand bien vous fasse », avec chroniqueurs et invités, tous les sujets liés… au « Bien » (et bon) pour nous. De toute façon, rien que le timbre de sa voix fait du bien.

Ali Rebeihi – France Inter – 10h/11h

Jérôme Garcin – Le Masque et la Plume – France Inter Dimanche 20h/21h

 

 

 

 

 

 

 

 

8 – Je fais pousser des plantes, ou… plus drôle…

Comme les enfants qui n’ont pas besoin
d’être sortis du lit au Caterpillar le matin de Noël, pressés de découvrir leurs cadeaux, je saute du lit chaque matin pour suivre l’évolution de plantes semées ou bouturées en septembre, choisies pour une croissance rapide, voire incroyable, comme certains kalanchoes ou la prêle du Japon, dont on vient de m’offrir un pot et qui m’amuse beaucoup par sa facilité à se reproduire à vitesse grand V, sans entretien contraignant.

 

 

 

 

 

 

Dans un autre registre, les oeufs du Triops – initialement
offerts à mes enfants – m’ont tenue tout un hiver ! En vulgarisant beaucoup : ce sont des œufs de crustacés fossiles vivants, à remettre en condition d’éclosion dans un petit bassin et de l’eau pas trop froide, et que l’on voit grandir de millimètre en millimètre pendant plusieurs semaines. Passionnant.
On trouve des kits tout prêts sur Amazon, c’est le Clementoni que nous avions testé.

 

 

 

 

9 – Et surtout…. je relativise !

Car j’ai un toit, des vêtements et de la nourriture tous les jours, et que se plaindre du froid et du gris, c’est un énorme luxe.

Anne Franck, le journal graphique

Cette quinzaine, dans son blog Allonz’Enfants, Nathalie Riché nous présente « Anne Franck, le journal graphique » d’Ari Folman et David Polonski, ouvrage remarquable à bien des égards.
La chronique de Nathalie 

« Adapter en roman graphique l’un des livres les plus connus de la planète, 70 ans après sa publication mondiale, était un sacré pari. Pari réussi haut la main, par les israéliens Ari Folman et David Polonsky, scénariste et dessinateur du formidable film d’animation Valse avec Bachir.

http://top-topic.com/anne-franck-journal-graphique

 

« Personne ne me croira, mais à 13 ans, je me sens complètement seule au monde. J’ai des parents adorables et une sœur de 16 ans. Henneli et Jacqueline se prennent pour mes meilleures amies, mais je n’ai encore jamais eu de véritable amie. J’ai une nuée d’admirateurs qui ne me quittent pas des yeux.
Avec mes camarades, je m’amuse et c’est tout. Je n’arrive pas à parler d’autre chose que des petites histoires de tous les jours. Malgré tous mes efforts, je n’arrive pas à me rapprocher des autres.
C’est pourquoi… Quand je t’ai vu parmi mes cadeaux d’anniversaire, j’ai su que tu étais à part ! Tu vas devenir pour moi l’Amie avec un grand A. Et cette amie s’appellera Kitty. »

http://top-topic.com/anne-franck-journal-graphique

(…)

Pourquoi lire ce roman graphique ? Bien sûr, l’adaptation dessinée permet de toucher un public plus large, mais aussi de mieux raconter « l’avant », de mettre des images, des lieux sur cette histoire que l’on croit connaître sur le bout des doigts. Resituer l’histoire des Frank avant l’exil aux Pays-Bas, planter la galerie de personnages qui gravitent autour de la famille et montrer la vie d’Anne avec ses amies, ses prétendants, sa vie de collégienne bien avant l’installation dans l’Annexe contribue aussi à mieux cerner sa personnalité et la faire revivre dans toute sa dimension. Celle d’une fille vivante, joyeuse, espiègle même. Le roman graphique a le mérite de planter le décor, de mettre des couleurs, des traits sur la vie de cette adolescente dans son époque. Se dessine une personnalité hors du commun. Une jeune fille sensible, lucide avec un caractère bien affirmé et au questionnement permanent : « Depuis quand ce qui est utile rend heureux ? », dit-elle alors qu’on lui demande de boucler vite sa valise et d’emporter le strict minimum pratique.

(…)

http://top-topic.com/anne-franck-journal-graphique

(…)

Pourquoi est-ce une réussite ? Parce que le roman graphique restitue parfaitement l’esprit du texte sans le dénaturer – il en reproduit d’ailleurs de larges extraits – et parce qu’il nous en donne une interprétation qui nous emmène au-delà du journal. Les auteurs ont réussi la prouesse de se tenir au plus près de la voix de la jeune fille, tout en osant traduire ses fantasmes, ses colères, ses moqueries par des images fantasmagoriques, parfois drôles, osées, telle cette scène où elle imagine un camp en vaste chantier égyptien avec des esclaves construisant un temple nazi, à l’instar d’une pyramide monumentale. Ou encore lorsqu’ils nous montrent une Anne, séductrice et élégante, représentée en Adèle Bloch-Bauer, célèbre modèle qui posait pour le peintre Gustav Klimt, ou bien encore, plus douloureux, incarnant le fameux personnage du Cri de Munch pour mieux nous faire ressentir la terreur bien terrée au fond d’elle. »

http://top-topic.com/anne-franck-journal-graphique

Pour retrouver l’intégralité de la chronique de Nathalie Riché et les références du livre, c’est ICI

La Quincaillerie, agence de com’ des TPE-PME

La Quincaillerie

Après une première rencontre, on se dit que ces trois jeunes hommes seront à la tête d’une des plus grosses agences de com’ d’ici 10 ans.

En les connaissant mieux, l’intuition se renforce !

Eux, ce sont Louis Boulagnon,  Hugues Marchal et Maxence Wyts, fondateurs de « La Quincaillerie ». La Quincaillerie, un drôle de nom pour une agence,  mais en creusant leur concept, ce nom revêt tout son sens et son bien-fondé.

Avec un arc de compétences vaste et complet, la Quincaillerie se veut l’agence accompagnatrice des entrepreneurs. A l’image d’une quincaillerie au coin de la rue, les petites et moyennes entreprises tels que les artisans, les magasins, blogueurs, restaurants ou start-ups présentent leurs problématiques à Louis, Hugues et Maxence qui leur apportent leurs meilleures solutions.

Leurs rayons ?  

Web et digital

Communication

Commercial

 

Leurs outils ?

Sites web sur mesure, vitrine et e-commerce, réseaux sociaux, production de contenus, community management, animation, infographie, articles de blogs, supports de communication, acquisition-fidélisation, et là je ne cite que la partie émergée de leurs propositions.

 

Leur savoir-faire ?

Forts de leurs 3 cursus différents mais complémentaires (Mines, ISCOM et Montpellier Business School), nourris de leurs premières expériences sur le terrain,  au cours de stages et surtout d’une précédente collaboration au sein de la webradio ExtraDance pendant leurs études, nos 3 mousquetaires 2.0 ont déjà traités près de 200 projets pour une centaine de clients.

A chaque fois, une problématique différente à laquelle ils ont répondu par un « outillage » pensé, calibré et adapté.

Une capacité d’adaptation s’alimentant notamment de leur veille permanente quant aux évolutions et nouveautés d’un champ d’activité – la « vaste Communication » – en constante transformation. Apanage de la jeunesse peut-être, que de savoir rester en permanence aux aguets ?!

L’équipe de La Quincaillerie

 


Pour aller plus loin dans votre découverte de ce trio de choc => rencontre !

TTLB : Tout d’abord, quelle est votre moyenne d’âge ?

La Quincaillerie : Notre moyenne d’âge est de 20 ans, nous suivons tous actuellement l’un des programmes Master de nos écoles respectives pour parfaire nos connaissances et compétences.

TTLB : C’est peu ! Avantage ou inconvénient pour vos clients ?

La Quincaillerie : C’est tout simplement notre atout phare que nous ne cessons de mettre en valeur. Nous ne souhaitons pas travailler avec des grands comptes, sous-traitant une partie de leur communication.
En effet, nous travaillons avec des entrepreneurs qui nous écoutent et nous font confiance car nous promouvons un savoir-faire mais aussi des suggestions d’idées tendances pour chaque projet selon la cible définie.
C’est assez amusant : notre âge nous rend même parfois encore plus crédible, c’est donc typiquement notre point fort.

 

TTLB : Citez-nous un exemple d’utilisation optimale de vos compétences complémentaires

La Quincaillerie : Nous aimons accompagner des entrepreneurs de A à Z. Souvent, nos entrepreneurs arrivent avec un projet et une compétence bien particulière : celle de leur domaine d’action. Mais ils ne savent pas forcément comment communiquer ou commercialiser de manière efficace.

Prenons un seul exemple pour le démontrer, celui d’un restaurant ouvert en mars dernier. Le restaurateur est venu à notre rencontre grâce à une recommandation de l’un de ses amis entrepreneurs et nous a fait confiance pour sa communication et l’infrastructure technique.

Nous l’avons accompagné sur la conception de son logo, de ses dépliants et menu ainsi que sur la création de son site web avec système de commande intégré. Nous avons également pris en charge la mise en route de son logiciel de caisse avec une connexion au site web. Le restaurateur nous a fait confiance sur la partie téléphonique, en partenariat avec OVH Télécom, nous avons développé tout un système de standard téléphonique avec musiques personnalisées.

 

TTLB : Physiquement, où se trouve l’agence  ? Vous déplacez-vous facilement dans toute la France ?

La Quincaillerie : Pour limiter les coûts, nous n’avons pas (encore) de locaux pour travailler ou accueillir nos clients ! C’est pourquoi nous nous déplaçons, partout, chez nos clients. Par exemple, Maxence prend l’avion à la fin du mois pour le Portugal, afin de rencontrer l’un de nos clients.

En interne, nous avons élaboré de nombreux process pour casser cette barrière du télétravail et afin d’être tout autant efficace, voire plus ! Nous nous voyons très souvent entre associés et nous nous téléphonons chaque jour.

 

TTLB : Quelle est votre valeur ajoutée par rapport à d’autres jeunes agences ?

La Quincaillerie : Nous dirions que notre activité étant spécialisée dans l’entrepreneuriat, nous conseillons toujours l’entrepreneur pour qu’il investisse le mieux la part de son  budget qu’il souhaite dédier à la communication. La partie consulting fait réellement partie de notre offre quels que soient le projet et le budget.

 

TTLB : La qualité principale de chacun d’entre vous ?

La Quincaillerie :

Louis a de la patience pour supporter les demandes de Maxence et Hugues. Voilà sa plus grande qualité ! Plus sérieusement, Louis est très méthodique ce qui lui permet de répondre aux demandes des clients de manière très précise en fournissant un codage toujours très propre et lisible par tous (enfin, pour ceux qui le comprenne 😏)

 

 

 

Maxence est connu dans l’équipe pour son organisation. Il adore mettre en place des process pour ne rien oublier des commandes des clients et pour mieux manager l’équipe. L’organisation nous permet de gagner en efficacité et donc en satisfaction client, notre objectif premier.

 

 

Hugues est le créatif de la bande (c’est à la fois sa fonction mais aussi sa grande qualité, ce qui est très pratique), en termes de communication mais aussi dans la vie en général. Sa principale activité au sein de l’agence est de définir la stratégie de communication de nos clients, et de la mettre en application à travers tous les supports.

 

TTLB : Le principe à ne jamais perdre de vue pour bâtir une communication pérenne ? Le mot ou l’idée préconçue à bannir ?

La Quincaillerie : Le secret est de rester naturel afin de construire une marque, n’essayez pas d’en faire trop ! Mais surtout, le plus grand secret est de se fixer une ligne et de la garder, afin que votre image de marque soit ancrée dans votre stratégie. Ainsi, vous serez sûrs que vos clients vous reconnaîtront en un coup d’œil !

Enfin, il est important de retenir que la communication touche chaque aspect d’une entreprise. Toute caractéristique d’une entreprise doit refléter la stratégie de communication établie.

 

Concrètement, des entreprises accompagnées par La Quincaillerie :

 

 

La Quincaillerie n’a pas conçu la structure du blog Top-Topic, mais m’a aidée ensuite pour des améliorations visuelles et de fonctionnalité.

Et vous savez-quoi ? Ils sont tellement à l’écoute qu’ils m’ont fait des tutos pense-bête pour m’en sortir seule dans les manips à effectuer de temps en temps.  Sympa non ?

Une équipe à suivre et à qui faire confiance

Contact :

la-quincaillerie.fr
+33 9 72 62 83 05
bonjour@la-quincaillerie.fr

 

« Older Entries